Archive | 4 octobre 2017

Hotel grand amour

Présentation de l’éditeur :

Au moment où Vic, 13 ans, marque le but qui qualifie son équipe, son père s’effondre, victime d’un infarctus. Il est emmené d’urgence à l’hôpital et Vic et ses trois soeurs doivent alors gérer seuls l’hôtel familial.

Mon avis :

Vic est fils unique : il a trois soeurs (formule valable quel que soit le nombre de soeurs, d’ailleurs) et parfois, la situation est pesante, surtout quand il devient le seul homme de la famille, à la suite du malaise de son père. Il lui faut à la fois mener sa vie de collégien/futur footballeur et gérer l’hotel familial, qui part un peu à vau l’eau, tout en allant régulièrement prendre des nouvelles de son père – en lui faisant croire que tout va bien, ce qui n’est pas vraiment le cas.
La force de ce roman de littérature jeunesse est que l’auteur sait contourner les clichés – et pourtant, il aurait été facile de sauter à pied joint dans toutes les facilités d’écriture qu’offrait le sujet. Vic et ses soeurs ont perdu leur mère, et chaque membre de la famille vit avec cette mort à sa manière. Et la maladie de leur père font qu’ils feront front, avec leur personnalité, et leur proposition pour que tout aille pour le moins pire. Leur père a fait ce qu’il pensait être le mieux pour les protéger, pour qu’ils puissent vivre leur adolescence, leur jeunesse le mieux possible et eux aussi tâcheront de faire de leur mieux.
L’originalité vient aussi que c’est Vic, le garçon, qui est le narrateur principal, et qui tient un journal intime – ou plutôt qu’il l’enregistre. Nous l’écoutons avec lui, après coup, comme en un récit rétrospectif – avec quelques commentaires aussi, pas les siens, non, ceux de quelqu’un qui lui est proche. Rétrospectif ne signifie pas que nous saurons dès le départ comment tout se termine, cependant ce regard permet de voir certains faits sous un éclairage différent, de dédramatiser certains épisodes.
Hotel grand Amour, un roman qui devrait plaire aux jeunes adolescents.

Publicités