Le crime du comte Neville d’Amélie Nothomb

Edition Albin Michel – 134 pages.

Quatrième de couverture
« Ce qui est monstrueux n’est pas nécessairement indigne. » Amélie Nothomb

Mon avis :

Lu ce midi, chroniqué la foulée.
Le comte de Neville a des soucis, avec sa fille Sérieuse. Autant ses deux aînés sont des perfections, en tant que garçon et fille, autant la petite dernière lui cause bien du souci. Note : au cours d’une interview, Amélie Nothomb avait déclaré que son frère et sa soeur étaient ce qui se faisaient de mieux, l’un en matière de fils, l’autre en matière de fille, et ne comprenait pas ses parents qui avaient voulu un troisième enfant – elle.
Sérieuse a fugué, dit une voyante. Elle a juste voulu passer une nuit en forêt, prétend l’adolescente. Le comte lui fait plutôt confiance. Quant à la voyante, qui a prédit qu’il tuerait un de ses invités, elle l’énerve au plus haut point. Comme Lord Arthur Savile auquel il fait référence au cours du récit, Henri de Neville en perd le sommeil.
Comme souvent chez Amélie Nothomb, nous trouvons des digressions (sur le passé et la famille du comte), des joutes oratoires en un personnage masculin et un personnage féminin (ici, Henri et sa fille cadette Sérieuse), des références à d’autres oeuvres bien connues (les Atrides, Antigone, en plus de la nouvelle d’Oscar Wilde) et une chute qui, pour une fois, m’a semblé bien conclure le roman. Je ne crierai pas au chef d’oeuvre, mais j’ai apprécié cette lecture.

index

Publicités

32 réflexions sur “Le crime du comte Neville d’Amélie Nothomb

  1. ça fait deux livres d’Amélie Nothomb que je me dis que j’aimerai les lire et à chaque fois, pas les moyens de pouvoir me les procurer.
    J’aime beaucoup son style mais effectivement, je pense qu’il ne faut pas avoir trop d’attente sur ses livres.

    • Pour une fois, mes attentes n’ont pas été (trop) déçues. Bien sûr, j’ai toujours envie qu’elle développe ses intrigues, et je regrette que certains points ne soient pas développés. Mais c’est cela aussi, la liberté de l’écrivain.

  2. je ne sais pas pourquoi mais Amélie Nothomb me fait peur .. enfin je parle de ses romans .. j’aime bien ses interviews, elle me donne envie de lire ses livres, mais quand je suis devant le rayon à la librairie…je n’ose pas me lancer !

    • Ce sont mes élèves qui me l’ont fait connaître, en 2003. Autant dire qu’elle a beaucoup écrit depuis. Mon préféré reste Robert des noms propres. Pétronille n’est pas mal non plus, ou encore Le fait du prince. D’autres m’ont laissé de marbre.

      • le rapport qualité/prix ? ça se calcule comment, pour un livre ? l’indice de satisfaction ressenti multiplié par le nombre de mots bien écrits divisé par les péripéties copiées-collées?
        un livre, on aime, on apprécie, on reste dehors, on est mitigé, déçu, en colère…mais un rapport qualité/prix !?
        drôle de monde ou on est là 🙂

      • C’est un rapport mathématique : le prix de la page ! Prix du livre divisé par le nombre de pages… Ta méthode de calcul me semble plus subjective, mais bien plus littéraire.
        Oui, drôle de monde, et la discussion devient alors compliquée ! Je pense notamment au rapport qualité/prix de 50 nuances de Grey. 😉

  3. C’est la première fois depuis de nombreuses années que j’ai envie de la relire (depuis Stupeurs et Tremblements, Hygiène de l’assassin en fait), Le fait du Prince m’est tombé des mains… mais comme elle m’est sympathique, j’aimerais vraiment pouvoir la re-lire…;)

      • Bizarrement, j’ai beaucoup aimé sa prestation à LGL, malgré les mauvaises critiques qu’elle a (encore une fois), le thème me plairait je pense…on verra plus tard ! 😉 Il n’y a pas d’urgence non plus …

      • Une tradition, presque, de faire de mauvaises critiques sur son livre. Parce que, bonnes ou mauvaises, les fans achèteront et liront toujours.Non, il n’y a pas d’urgence, je n’ai pas encore eu de coup de coeur pour cette rentrée, pas de livres à lire absolument, mais des livres que je fuirai absolument.

  4. Bonne année, donc. Le roman de Nothomb est toujours dans mes premières lectures de rentrée. Je ne l’ai pas encore lu mais cela ne saurait tarder. Je l’ai écouté jeudi à La Grande Librairie, mélange de fragilité et de passion. J’aime beaucoup cette personne.

  5. Je n’ai pas encore lu celui-ci mais j’apprécie toujours la lecture de ses romans, quoiqu’on en dise, elle n’écrit comme personne et c’est toujours original.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s