L’école des fées, tome 3 : mon amie secrète.

Présentation de l’éditeur :

Les petites fées doivent venir en aide aux plus faibles. Quand elle entend l’appel de détresse d’un bébé guêpe, Twini vole aussitôt à son secours. Elle ignore qu’une haine farouche oppose leurs deux peuples…

Mon avis (long et ennuyeux) :

Mon amie secrète est un joli roman, qui crée un univers inventif, coloré, qui permettra à ses jeunes lecteurs de développer leur imagination.
Il parle aussi des préjugés que l’on peut avoir, des idées reçues. Ils ont la vie dure, et c’est bien de les faire bouger, même dans un univers féérique.
Jusque là, tout va bien, je ne suis ni longue, ni ennuyeuse. Seulement, il est un préjugé tenace dont je veux parler, et qui me saute aux yeux : le fait que certains libraires distinguent les livres pour garçons des livres pour filles. Autant les classifications par âge, par genre ont leur utilité, autant celle-ci me dérange. Vous me direz que, pourtant, ce livre est véritablement destinée à un lectorat féminin : la couverture rose, les paillettes, les personnages, quasi-exclusivement féminins, un univers rempli de trouvailles que j’imagine très bien de jeunes lectrices dessiner…
Mais que se passerait-il si un garçon disait « je veux lire ce livre ?  » Comment réagiraient les parents, le libraire et même les autres adultes (je pense à la famille élargie ou aux membres du corps enseignants) ? J’en connais au moins trois (je me compte dedans) qui prendraient très bien les choses et qui soupireraient en disant : mais pourquoi tout le monde n’agit pas ainsi ? La majorité dirait plutôt :
– mais ce n’est pas un livre pour toi !
– mais c’est pour les filles ! (ton méprisant si nécessaire).
quand ils ne seraient tout simplement pas inquiets !
Lire n’est pas dangereux, lire un livre avec des fées n’est pas dangereux. Être tolérant, ouvert d’esprit, même au sujet d’un tout petit livre, n’a jamais fait de mal. A personne.

Publicités

43 réflexions sur “L’école des fées, tome 3 : mon amie secrète.

  1. Pingback: Le mois américain – Récapitulatif | Plaisirs à cultiver

  2. J’ai beaucoup de mal avec les objets genrés… les enfants devraient pouvoir lire et jouer avec ce qui leur plait sans connotation. Quand j’étais petite, je préférais les légo, et j’avais un copain qui passait son temps à jouer avec mes barbies, et ça n’a eu strictement aucune incidence sur notre évolution, si peut-être celle positive d’avoir été heureux enfant 🙂

  3. Pingback: Challenge Jeunesse et young adult #5 | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s