Noir septembre d’Inger Wolf

tous les livres sur Babelio.com

Présentation de l’éditeur :

Septembre touche à sa fin dans la ville portuaire d’Århus au Danemark. Un soir, Anna, une jeune mère célibataire, ne rentre pas de son jogging quotidien dans les bois. Au matin, on trouve son corps sur un lit de feuilles mortes au milieu d’une clairière, la gorge tranchée, un bouquet de ciguë séchée étalé sur la poitrine… Une mauvaise rencontre ? Mais bientôt le commissaire Daniel Trokic et son équipe découvrent un lien entre Anna et un brillant chercheur en psychiatrie disparu huit semaines plus tôt.

150113081711974778Défis Premier roman

Mon avis :

J’avais apprécié Mauvaises eaux d’Inger Wolf, je me suis plongée, pendant mes vacances, dans Noir septembre. Ce roman est antérieur de six années à Mauvaises eaux, et cela m’a amusé de connaître le devenir de ces personnages, déjà attachants à l’époque.
Daniel est divorcé. A demi croate, il a subi de plein fouet la guerre qui déchira son pays. Les cauchemars le hantent encore. C’est là qu’il a rencontré Jasper, le seul à le comprendre, le seul à pouvoir le dérider. Ah si, peut-être, Hirsute, son chat au régime alimentaire bien particulier. Etre un chat libéré, ce n’est pas si facile.
Quatre enquêteurs se partagent cette enquête : le chef, Daniel, Lisa, qui vient d’être nommée à la criminelle, et Jasper, seulement là en mission spéciale. Les crimes se multiplient comme des petits pains, et la brigade ne parvient plus à faire face.
La priorité est l’assassinat de cette jeune femme, Anna. L’auteur ne s’attarde pas, comme aurait pu le faire une de ses consoeurs suédoise, sur la « beauté » de la scène. Non, les enquêteurs s’interrogent, font leur travail, et l’écriture se fait précise, sans complaisance aucune. Et les policiers de chercher le mobile, et le coupable.
L’auteur multiplie les fausses pistes, intelligemment. Elle connaît les codes du roman policier, les attentes des amateurs du genre, et n’hésite pas à jouer avec, à aller au-delà des apparences. Il est facile d’accuser un malade mental, un membre d’une secte, ou un jeune homme au casier judiciaire pas vraiment vierge. Il est facile de s’arrêter dès qu’on pense avoir mis la main sur un coupable – une enquête coûte cher, et la police est vraiment débordée.
Ce roman ne nous interroge pas sur la folie – tant d’auteurs l’ont fait, le font encore, sans toujours éviter les clichés – il nous interroge sur le bonheur et son antithèse, la dépression. Elle est vue comme une maladie à part entière par certains, moqué par Daniel qui est pourtant passé par là. La difficulté à surmonter le stress est montré comme un signal d’alarme à ne surtout pas négliger, et nous interroge sur le fait de chercher par tous les moyens à le dissimuler. Il ne passe pas non plus sous silence que le fait de prendre des antidépresseurs n’est pas sans effet secondaire – et moi, de m’interroger, totalement hors littérature, sur ces personnes que j’ai cotôyé et qui disaient ne pas pouvoir sortir de leur lit sans leur tranquillisant. N’auraient-elles pas dû se poser des questions, ou bien préféraient-elles prendre des substances qui les empêchaient de se les poser ?

Noir septembre est un très bon roman policier, d’une auteur à suivre absolument.

mini_501337challengelpf2bannire101223565100396432

Publicités

36 réflexions sur “Noir septembre d’Inger Wolf

  1. Bonjour. Je suis tombé par hasard sur votre blog en faisant une recherche sur Inger Wolf. Petite précision: en réalité, « Nid de guêpes » est le tome 4 et « Mauvaises eaux » le 5. Bonne lecture!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s