Une journée dans la mort de l’Amérique de Gary Younge

Présentation de l’éditeur  :

Chaque jour, ce sont près de sept enfants ou adolescents qui meurent par balle aux États-Unis. Cette statistique glaçante ne peut rendre compte à elle seule des vies détruites par les armes à feu, Gary Younge a donc décidé de raconter le destin des jeunes gens tués au cours d’une journée choisie au hasard. Ils sont dix à être abattus le 23 novembre 2013, dix enfants et adolescents âgés de 9 à 19 ans  : sept noirs, deux hispaniques, un blanc.Gary Younge consacre un chapitre à chacune de ces victimes tuées par balle, parfois par accident, parfois lors d’un règlement de comptes  : Jaiden, Kenneth, Stanley, Pedro, Tyler, Edwin, Samuel, Tyshon, Gary et Gustin. En recoupant les entretiens qu’il a menés avec leurs proches, les rapports de la police, du «  911  » et des journalistes locaux, il reconstitue la vie et les dernières minutes de ces jeunes, victimes de leur condition sociale, de la négligence des adultes, des lobbys.

Merci à Netgalley et aux éditions Grasset pour ce partenariat.

Mon avis :

Ce livre est désespérant  parce qu’il montre un fait de la société américaine contre lequel peu se mobilise : la mort d’enfants, d’adolescents tués par balles. Les causes ? Non, elles ne sont pas à chercher dans la vente libre d’armes à feu, dans le nombre d’armes qui circulent dans le pays, non. Tout vient des parents, de l’éducation qu’ils donnent ou plutôt qu’ils ne donnent pas, idée bien ancrée, partagée par tellement de personnes que l’on peut se demander, vu de l’extérieur, comment faire bouger les choses.
Gary Younge a choisi une journée, au hasard. Au cours de cette journée, dix mineurs furent tués, quasiment dans l’indifférence générale. En dehors du cercle, parfois très restreint, des proches, ses morts ne semblent pas avoir émus l’opinion. Parfois même, les responsables, les coupables ne furent pas inquiétés : les accidents surviennent, n’est-ce pas, et l’on n’y peut rien. J’ai découvert à cette occasion qu’il existait des formations pour apprendre aux enfants à se « protéger » des armes à feu – ou plutôt leur apprendre comment s’en servir. Effrayant.
L’enquête est minutieuse, précise, et l’auteur n’hésite pas à faire part de ses difficultés à interroger les proches. Autre fait marquant : la difficulté, matérielle, des familles pour enterrer leur enfant, la nécessité, trop souvent, de recourir à des appels au don.
Second fait : la nécessité, pour mobiliser l’opinion que les victimes soient « innocentes », mignonnes si possible. Ou l’on oublie (on = l’opinion publique) que tout le monde a le droit de vivre, et non de risque de prendre une balle dans la rue, ou chez soi, volontairement ou par accident.

Je terminerai par cette citation : Dans les milieux où grandissent beaucoup de jeunes Noirs, les défis de l’éducation ne sont pas du genre de ceux que l’on voit dans Super Nanny. Les critiques de la parentalité dans de tels contextes doivent d’abord pendre en compte la difficulté d’accomplir son rôle de parent aux endroits où les écoles sont mauvaises, où les gangs pullulent, où les drogues et les armes sont facilement accessibles, où les ressources sont limitées et où la police se montre impitoyable.

Publicités

3 réflexions sur “Une journée dans la mort de l’Amérique de Gary Younge

  1. Pingback: Bilan du challenge polar et thriller – janvier 2018 | deslivresetsharon

  2. Pingback: Mon bilan du challenge polar et thriller 2017/2018 | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.