Rivalité, tome 1d’Alyson Noël

Merci à Netgalley et aux éditions Mosaïc pour ce partenariat

Mon avis :

Vous arrive-t-il parfois de faire le constat que vous avez largement passé l’âge pour un livre,ou que vous n’êtes vraiment pas le public ciblé ? C’est le cas avec ce roman d’Alison Noël.
Premier constat : aucun personnage n’est attachant. Certes, au tout début, j’ai trouvé Tommy sympathique, mais il s’est très vite révélé comme les autres : son seul désir, être célèbre. J’ai pensé, en le lisant, à toutes ses émissions de télé-réalité qui fleurissent sur le petit écran et plaisent tant aux adolescents. S’agit-il de déployer des talents artistiques hors du commun, ou de promouvoir une œuvre de bienfaisance (oui, je suis parfois outrageusement naïve) ? Non, il s’agit d’attirer le plus grand nombre de célébrités dans une boite de nuit afin d’avoir le privilège inouï de travailler à ses côtés. Chaque époque a les ambitions qu’elle mérite.
Aucun personnage attachant, j’enfonce le clou. Layla affirme vouloir devenir journaliste, elle tient un blog où les ragots sont rois. Aster est une pauvre petite fille riche qui ne rêve pas de mener de hautes études mais de devenir actrice et, à défaut, pose pour des campagnes de publicité. Ils sont tous les trois prêts à tout – dans les jeux olympiques des coups bas.
S’il en est une qui a réussi, c’est Madison Brooks, leur héroïne à tous. Dès le début, le lecteur sait qu’il lui est arrivé quelque chose de pas joli-joli. Reste à savoir comment et pourquoi c’est arrivé, ce que le retour en arrière sur lequel est bâti le roman nous promet de découvrir.
Mon second constat est que si ce roman n’était que les présentations de personnages antipathiques, il ne trouverait pas son public. Il démonte les rouages du rêve américain moderne, montre à quel point on peut être une célébrité sans être en rien une star, comment une carrière – ne rêvons pas… Madison Brooks n’est pas Julia Roberts – peut être construite grâce à un bon attaché de presse – et un peu de talent. Que beaucoup choisissent la voie de la facilité, des compromissions, plutôt que de l’exigence. Les lecteurs adolescents le comprendront-ils, ou envieront-ils malgré tout les apprentis vedettes ?
Oui, l’intrigue tient en haleine, malgré tout, comme une télé-réalité qui élimine des candidats toutes les semaines. Surtout, ce ne sont pas ceux qui respectent les règles, mais ceux qui les trahissent qui sont les premiers. On appelle cela l’esprit d’initiative – ou, pour ma part, beaucoup d’énergie dépenser pour des futilités. Ah, pardon, pour une place bien…. placée.
Je ne doute pas que beaucoup aimeront ce livre. Pour ma part, je suis passée à côté.

Publicités

2 réflexions sur “Rivalité, tome 1d’Alyson Noël

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s