Archive | 30 juin 2016

Coeur Guimauve de Cathy Cassidy

Présentation de l’éditeur :

Skye, 12 ans, est une fille cool et pleine de charme, avec son petit grain de folie. Mais depuis toujours, elle se sent moins attirante que sa jumelle Summer. Même Alfie, le meilleur ami de Skye, finit par lui avouer qu’il craque pour sa soeur ! Même si elle aime sa jumelle plus que tout, Skye aimerait aussi qu’on la remarque. Comment faire pour sortir de l’ombre en restant soi-même?

Mon avis :

J’ai voulu terminer ce mois anglais par une lecture légère. Certes, les thèmes de ce roman ne le sont pas tous : le suicide, en tout premier lieu (même si le suicide en question date de presque un siècle – les chagrins d’amour sont intemporels), la difficulté à vivre la gemellité et à s’affirmer face à une jumelle-soleil dont on se sent l’ombre. C’est le cas de Skye (qui doit son prénom à l’île du même nom) qui tente de se démarquer de sa jumelle et qui a l’impression de ne pas y parvenir.

Si Summer (les jumelles ont été conçues en été) aime la danse et souhaite même devenir ballerine professionnelle voire danseuse étoile, si elle attire l’attention de presque tous les garçons de leur âge, Skye se réfugie dans le passé, aime les vêtements vintage et se passionne pour l’histoire de leur maison et de ceux qui y ont habité. Bien sûr, elle reste une ado d’aujourd’hui, mais ses préoccupations ne sont pas franchement les mêmes que celles de ses meilleures amies.

Ce livre est facile à lire et plait, j’en suis sûre, aux adolescentes. J’espère qu’il permettra de s’interroger sur le poids des secrets de famille, l’importance du regard d’autrui mais aussi montrera que vivre aujourd’hui, ce n’est pas si mal que cela.

 

Crimes à l’affiche de Nicola Upson

Présentation de l’éditeur :

En 1934, Josephine Tey est une star du West End londonien. Ses pièces se jouent à guichets fermés, mais cette veuve discrète préfère vivre loin des feux de la rampe. Pourtant, lorsqu’elle se rend à Londres pour célébrer la dernière de son immense succès théâtral Richard de Bordeaux, elle se trouve bien malgré elle mêlée à une affaire de meurtre.

Mon avis :

Ce ne fut pas un roman facile à lire – jusqu’à son dénouement inclus. Ce roman a pour détective une auteur de romans policiers qui n’est plus, à mes yeux, suffisamment connue de nos jours : Josephine Tey. Ce roman pourrait être vu comme un hommage, il n’est pas que cela : il nous rappelle comment était l’Angleterre de l’après première guerre mondiale, et aussi quel sort était réservé aux femmes.
Je ne parle pas de Josephine, non. En dépit des problèmes juridiques qu’elle a dû affronter (le roman donne de la profondeur à l’intrigue en nous entraînant plusieurs fois dans le passé), en dépit des chagrins qu’elle a enduré, elle est tout à fait apte à se débrouiller seule et à affronter les tempêtes. Ce qui la plonge dans cette intrigue, c’est le fait d’avoir voyagé avec la future victime, une jeune fille qui avait déjà, elle aussi, affronté maintes épreuves, les avait surmontés et a été assassinée dans des circonstances atroces.
Josephine est touchée par cette morte et par la douleur de ses proches. L’enquête lui montrera bien des choses – et il faut parfois bien des épreuves, bien des horreurs pour que la justice triomphe.