Matinées au café Rostand d’Ismael Kadare

Présentation de l’éditeur :

Dans ce recueil de textes inédits, Ismail Kadaré, qui partage désormais son temps entre l’Albanie et la France, commence par décrire sa première arrivée à Paris, au début des années 1970, alors qu’il est encore recouvert des miasmes du régime qui l’a laissé sortir quelques jours.
La Ville lumière lui apparaît alors comme dans un songe. Cette « liaison », selon ses propres mots, va durer quatre décennies et perdure. Ce furent d’abord vingt années pendant lesquelles il vécut sous la chape communiste, puis vingt autres qu’il qualifie d’intemporelles. Années où l’écrivain, tous les matins, et encore aujourd’hui, a posé ses notes et son stylo sur une table du café Rostand, face au jardin du Luxembourg, puisant dans ce rituel le moyen d’évoquer tour à tour Tirana, Moscou, l’Académie française, Macbeth, le prix Nobel, mais aussi ses compagnons de jeunesse dans une Albanie muselée et les figures littéraires qui surgissent au gré de ses promenades dans Paris.
Refuge de l’écrivain et, pour lui, lieu d’inspiration, le café, véritable fil conducteur de ces courtsrécits, lui permet de livrer ici le ferment d’une vie d’écriture.

Merci à Netgalley et aux éditions Fayard pour ce partenariat.

Mon avis :

Ismael Kadare a 80 ans, et bien que je connaisse cet auteur de nom, bien que j’ai croisé à de nombreuses reprises ses livres, dans des librairies, à la bibliothèque, c’est la première fois que je lis une de ses oeuvres, la toute dernière en date, parue le 18 janvier. Ce qui m’a attiré en premier lieu, il faut bien le dire, est la couverture, que j’ai trouvée sobre et évocatrice à la fois.
Je le dis tout de suite : ces récits n’étaient pas forcément la meilleure manière d’aborder l’oeuvre de cet auteur. Ce sont des chroniques, certaines très longues, d’autres très courtes, parfois répétitives. Le café m’avait semblé, au tout début, être le fil conducteur du roman, qu’il s’agisse du café pris au café Rostand, près du Luxembourg (note : je passe devant chaque fois que je vais au Luxembourg), entre auteurs, certains travaillant ou corrigeant leur manuscrit dans ce lieu. Ce n’est pas qu’un café, c’est aussi l’occasion, pour Kadare, de parler de son tout premier séjour à Paris, et de parler de ce qui est le vrai sujet de ces récits : l’Albanie.
Ici, en France, ou ailleurs, en Italie, en Russie, dans le passé proche, dans le présent, dans le futur, et même dans les temps ancien, l’Albanie est omniprésente. Indépendante, sous le jouge turc, sous domination communiste, ou royauté, l’Albanie nous est montrée sous toutes ses facettes. L’Albanie, et le sort qu’elle réserve à ses écrivains, dont Kadare ne semble pas le représentant, mais le survivant, là où tant d’autres ont dû renoncer à écrire – génération sacrifiée, même pour ceux qui ont connu une reconnaissance internationale. Kadare parle aussi des « jeunes pousses », la jeune génération d’écrivain, encore peu connue. Quelle sera leur avenir ? Difficile encore à dire ou à écrire.
Matinées au café Rostand est un livre davantage destiné à ceux qui apprécient déjà l’oeuvre de l’auteur plutôt qu’à ceux qui la découvrent.

Publicités

8 réflexions sur “Matinées au café Rostand d’Ismael Kadare

  1. Je vais aller voir sa biblio car je suis sûre d’avoir lu au moins un livre de lui et de l’avoir aimé… Je connais bien ce café de la capitale aussi, je m’y suis souvent arrêtée…

  2. Pingback: Challenge Petit Bac 2017 : 3ème bilan! – Enna lit, Enna Vit!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s