Archives de tags | littérature croate

Miracle à la Combe aux Aspics par Ante Tomic

Présentation de l’éditeur :

À sept kilomètres de Smiljevo, haut dans les montagnes, dans un hameau à l’abandon, vivent Jozo Aspic et ses quatre fils. Leur petite communauté aux habitudes sanitaires, alimentaires et sociologiques discutables n’admet ni l’État ni les fondements de la civilisation – jusqu’à ce que le fils aîné, Krešimir, en vienne à l’idée saugrenue de se trouver une femme. Bientôt, il devient clair que la recherche d’une épouse est encore plus difficile et hasardeuse que la lutte quotidienne des Aspic pour la sauvegarde de leur autarcie. La quête amoureuse du fils aîné des Aspic fait de ce road-movie littéraire une comédie hilarante, où les coups de théâtre s’associent pour accomplir un miracle à la Combe aux Aspics.

Merci à Netgalley et aux éditions Noir sur Blanc pour cette belle découverte.

Mon avis :

Vous n’avez pas le moral, mais alors là, pas du tout ?? Vous aimez découvrir les livres qui sortent des sentiers battus ? Alors Miracle à la Combe aux Aspics d’ Ante Tomic traduit par Marko Despot est parfait !

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire les tribulations de cette famille atypique, hors du temps, refusant le temps, si j’ose dire. Une famille qui manque cruellement de femme – pas la peine de prononcer le mot « féminisme », les Aspic ne savent pas ce que c’est. Si Jozo n’était pas coupé du monde, il pourrait s’entendre avec maints survivalistes. Il refuse les lois, il refuse de s’acquitter de ses factures. Ses quatre fils ont bien été scolarisés, parce que les autorités n’ont trouvé aucun moyen légal de se débarrasser des jumeaux Aspic. A lire leurs exploits scolaires, le lecteur comprend mieux pourquoi ceux qui se frotteraient à eux commettent d’avance une grave erreur. Je ne parle même pas de ceux qui auraient l’envie de monter jusqu’au hameau à l’abandon où vivent les quatre hommes, sous le prétexte absurde de régulariser les sommes qu’ils doivent pour leur consommation d’électricité. il est des fonctionnaires zélés, en Croatie. Il est des fonctionnaires bien mal récompensés, dont personne ne se préoccupe vraiment, y compris quand ils se retrouvent séquestrés dans le sus-dit hameau, et réduit à monter des plans plus rocambolesques les uns que les autres pour recouvrer la liberté. Je vous préviens tout de suite : le dénouement, même Jozo ne l’avait pas vu venir, c’est dire.

Il faut dire qu’il a fort à faire en même temps avec son fils aîné qui a décidé de trouver une femme ! Mais quelle idée, franchement ! Non, ce n’est pas pour faire la cuisine (Jozo cuisine très bien la polenta à tous les parfums possibles et imaginables), non ce n’est pas pour faire la lessive, l’un des frères s’en sort très bien, il faut simplement qu’il apprenne à trier le linge – les autres membres de la famille ont appris à se taire, puisqu’eux ne se risquent pas à faire la lessive. Alors pourquoi Krešimir ressent-il subitement le besoin de trouver une épouse ? Parce que (chut, c’est entre nous) quinze ans plus tôt, il est tombé amoureux, et c’est seulement maintenant qu’il se décide à retrouver la jeune femme pour laquelle il éprouve de tendres sentiments. Quinze ans plus tard, qu’est-elle devenue ? L’a-t-elle attendu ? Je serai tentée de dire « non, franchement, qui serait assez fou/stupide, adopterait un comportement aussi absurde qu’attendre un homme pendant quinze ans ? » Et bien si, comme dans un mauvais mélo, c’est possible – et c’est franchement désopilant. Je vous passerai à peine sous silence tous les rebondissements qui nous permettent de découvrir ce beau pays qu’est la Croatie, tous les changements qui peuvent survenir d’une année à l’autre – alors, en quinze ans, vous imaginez ? Nous aurons aussi un petit aperçu de la police croate, de la corruption qui peut y régner, et de la capacité qu’ont les journalistes à ne pas informer du tout. Et c’est très drôle.

Plus je tournais les pages, plus je me demandais comment cela se terminerait pour cette famille de dingues hors du temps. Le récit se termine exactement comme l’on pouvait s’y attendre : de manière totalement inattendue. Un bienfait n’est jamais perdu.