Un peu de musique : l’envie

Beaucoup de paroles ce matin, pour la disparition de Johnny Hallyday.
Pensée pour ses proches.
Plutôt que de parler, de polémiquer (parce que cela vient toujours) cette chanson écrite par Jean-Jacques Goldman, dans une version différente de cette que l’on entend fréquemment.

Publicités

Soleil noir d’Armèle Malavallon

Présentation de l’éditeur :

Montpellier, mois de juillet, sous un soleil de plomb. Le corps d’une paisible retraitée, ou plutôt ce qu’il en reste, est découvert un dimanche matin dans son salon. Un petit tas de cendres et deux jambes intactes semblant miraculeusement rescapées d’un brasier infernal. L’hypothèse d’un phénomène de combustion humaine spontanée est aussitôt évoquée, plongeant les policiers chargés de l’enquête, dans une profonde perplexité. Un deuxième corps va les lancer sur la piste du Seraphim, l’ange de feu ou bien le Diable en personne ?

Mon avis : 

J’ai eu du mal avec le début du livre – je n’aimais pas l’enquêteur principal qui se trouve être un peu trop donneur de leçons, son système de pensée étant le seul à être valable. Ce n’est pas en humiliant les jeunes enquêteurs que l’on parvient à des résultats, mais apparemment, si. Hyppolite Peyot évolue un peu, heureusement, sinon la lecture aurait vraiment été pénible.
Le thème ? La vengeance. Traditionnel. Je n’ai pas été sensible à cette volonté de se venger, parce qu’elle est exprimée dans l’excès. Et pourtant, en matière littéraire, je suis pour tout ce qui peut être excessif, mais là, non. Se venger n’est pas faire exactement ce que l’on vous a fait subir – en bien pire. En littérature, qu’elle soit policière ou « blanche », la vengeance emplit toute l’existence du « vengeur », et après, il ne reste rien – surtout que nous ne serons jamais dans la tête de celui-ci, bien plus inhumain que ceux dont il se venge.
Au lecteur de se faire son propre avis.

Origine de Dan Brown

Présentation de l’éditeur : 

Bilbao, Espagne. Robert Langdon, le célèbre professeur en symbologie et iconographie religieuse, arrive au musée Guggenheim pour assister à une cérémonie historique avec l’annonce d’une découverte scientifique révolutionnaire. L’organisateur de cette soirée n’est autre que le grand futurologue Edmond Kirsch, un milliardaire de quarante ans dont les inventions et les prédictions audacieuses ont fait de lui une célébrité mondiale. Kirsch, qui a été dans sa jeunesse l’étudiant de Langdon à Harvard, est sur le point d’annoncer le résultat de ses recherches… et d’apporter enfin une réponse aux deux questions fondamentales de l’humanité.

Mon avis : 

Ce nouveau roman de Dan Brown a un gros avantage : il se lit très facilement. Les pages se tournent toutes seules, parce que l’on a envie de savoir comment cela va se terminer. Il apporte un véritable plaisir de lecture.
Maintenant…. il ne faut pas trop réfléchir lors de cette lecture, même si certains questionnements, certains positionnements sont intéressants.
Nous retrouvons, d’un livre à l’autre, le même schéma : Langdon se retrouve impliqué dans une affaire qui le dépasse, qui dépasserait à vrai dire n’importe qui, et est obligé de prendre la fuite avec une jeune femme splendide qui, pour une fois, n’est pas une scientifique mais une artiste. Elle n’a pas d’enfants, et ne peut pas en avoir, thème récurrent dans les derniers romans de Dan Brown. Les descriptions sont parfois fort longues, et, finalement, Langdon subit plus qu’il n’agit – un contemplatif que ce scientifique.
Un livre pour les fans et pour ceux qui aiment les romans policiers divertissants.

Arsène Lagriffe donne la patte de Jennifer Gray

Présentation de l’éditeur :

Arsène Lagriffe est un chat heureux. Cambrioleur repenti, il s’occupe désormais de l’éducation de jeunes chatons. Mais lorsqu’un livre détenant le secret de la tombe d’un Chat-Pharaon en Egypte est dérobé par les terribles Zénia Klob et Ginger Spekulos, Arsène reprend du service !

Mon avis :

Voici la traduction, en français, du troisième volume des aventures d’Arsène Lagriffe. Cette série est véritablement faite pour les jeunes lecteurs, à partir de neuf ans, mais les plus grands devraient se lasser. En effet, s’il est toujours plaisant de retrouver Arsène, revenu dans le droit chemin, force est de constater que les seconds rôles n’évoluent guère : les méchants restent très méchants – l’on en attendait pas moins d’eux – et l’inspecteur Cheddar a toujours du mal à faire confiance à Arsène ou aux déductions de sa femme et de ses enfants.

Cette aventure nous entraîne en Egypte sur les traces non seulement des ancêtres d’Arsène mais aussi de secrets qui arrangeraient bien Klob et Spekulos s’ils étaient découverts ! Pas très pratique, ce voyage, ce n’est pas l’inspecteur Cheddar qui dira le contraire ! Et oui, en Egypte, il y a du sable, des chameaux et pas d’endroits où faire une pause déjeuner digne de ce nom. Il n’est pas toujours facile d’être enquêteur. Surtout quand ce sont des chats et des pies qui mènent la danse.

Une jolie histoire, à partir de neuf ans.

Soleil rouge de Mathew McBride

Présentation de l’éditeur : 

Dans le comté de Gasconade, la méthamphétamine dicte sa loi. Les paumés, les ouvriers, les banquiers y sont accros. On la fabrique dans les garages, les remises ou les chambres d’enfants. Même les flics se laissent parfois tenter. Et lorsque le shérif adjoint Dale Banks découvre 52 000 $ cachés dans le mobile home d’un trafiquant de drogue, il ne résiste pas et s’empare de l’argent. Banks a beau avoir agi pour de bonnes raisons, il devra tout faire pour se sortir de ce mauvais pas, car le dealer et ses associés, parmi lesquels un révérend illuminé et violent, ne sont pas du genre à partager.

Mon avis :

Bonjour à tous !
Je suis votre guide pour découvrir les beautés cachées du Missouri.
Surtout, mettez-vous en file indienne, et suivez bien mes pas, on peut faire des rencontres parfois bizarres. Et je ne vous parle même pas des aléas climatiques. On ne vous prévient absolument pas que la météo risque d’être pourrie, que les rivières peuvent déborder et que les balles sont susceptibles de tomber à verse. Non, pas très fréquemment – enfin, en temps normal.
Suivez-moi, nous allons découvrir l’industrie locale. Non, pas les usines, enfin, pas vraiment. Non, je ne vous ferai pas goûter la production, ce serait vraiment à vos risques et périls. Oui, dans ce joli comté du Missouri, vous pouvez trouver partout, mais alors vraiment partout, des labos dans lesquels l’on fabrique de la meth. Bienvenue dans le Missouri.
Oui, l’ensemble est presque classique. Nous avons de bons gars, comme le shérif adjoint Dale Banks, marié, deux enfants, un couple harmonieux, soudé. Ou Olen qui, comme il le dit lui-même, lui qui a perdu tous ceux qu’il aimait : « C’était l’amour d’un bon chien et la haine d’un mauvais coq qui le maintenait en vie. » Or Banks tombe sur une somme d’argent qu’il n’aurait jamais dû découvrir et les ennuis sont au rendez-vous, pour lui, et pour les autres policiers, notamment Bo Hastings, le « gamin », qui traîne une lourde casserole familiale (pour ne pas dire la batterie de casserole entière).
Dans ce joli coin du Missouri, vous trouverez des personnes que vous ne voudriez pas avoir comme voisin. A vrai dire, vous ne voudrez même pas devoir les croiser, tant ils sont particuliers. Rien à voir avec Miss Peregrine.
Soleil rouge est un roman noir, bien noir, qui pourrait amener à désespérer du genre humain, comme le dit si bien Banks. Il est cependant des toutes petites lueurs d’espoir, comme la présence de la bien nommée Grace, fille de Banks. Je terminerai par cette citation, à méditer et pas seulement si vous êtes en visite dans le Missouri : A présent âgée de six ans, elle [Grace] était si pleine de vie, avec ses mots et ses remarques. Elle était lente, mais étonnante comme peuvent l’être les enfants handicapés. Elle ne prenait rien et offrait en retour amour et sourires.

Le compte à rebours du père Noël de Kim Thompson

Mon avis : 

Oui, Noël est encore un peu loin à l’heure où j’écris ces mots, mais l’Avent n’est pas si éloigné, et ce livre pour enfants nous permet d’attendre, au même titre que le calendrier éponyme, le jour de Noël. En effet, à chaque jour correspond une histoire, ou plutôt une étape de la préparation du grand jour. Le père Noël, en effet, n’a pas fait grand chose dans les jours qui ont précédé le 1er décembre, disons plutôt qu’il a fait la sieste en continu, et il est important qu’il soit en bonne condition physique. Il est important aussi que le traîneau soit prêt, que les rennes soient en bonne santé, les cadeaux emballés, et le GPS activé.
Oui, le père Noël se trouve au prise avec la modernité dans cet album. Les elfes voudraient bien le relooker, voire même lui faire abandonner son traîneau pour un modèle plus réactif. Rien à faire, le père Noël et sa silhouette arrondie reste celui qu’il est dans notre imaginaire, avec quelques exclamations bien senties, telles que Guimauves galopantes ou Moustaches de moufette.
Le compte à rebours est un livre sympathique, avec des illustrations colorées et chaleureuses, qui devraient plaire aux petits comme aux grands.

Journal d’un louveteau garou – 29novembre 2017

Cher journal
Mon petit frère Valère n’a pas fait une seule bétise depuis le début de la semaine, grâce à madame Cobert qui lui a fait calculer le taux de probabilité qu’elle appelle nos parents s’il ne cessait pas immédiatement de se faire remarquer. Il faut dire que le mur (oui, oui, le mur) à côté de qui il avait été judicieusement placé menaçait de foutre le camp et d’aller prendre l’air dans la cour du pensionnat. Oui, cela aurait fait désordre, c’est bien ce que j’ai expliqué à mon petit frère Valère.
Sinon…. le Pouic de l’année fait des merveilles au rugby, grâce à lui, nous avons remporté haut la main les trois derniers matchs. Certes, il a plaqué un peu trop fort certains adversaires, qu’il a fallu littéralement désincruster du terrain, mais l’on ne pouvait deviner qu’il avait autant de forces et de précisions. Son frère aîné vient d’intégrer l’école supérieure de la lycanthropie – à grands coups de pompes paternels dans le postérieur, mais il y est arrivé. Il faut dire aussi que l’équipe adversaire a eu un joueur qui s’est endormi en plein match – je ne sais pas comment il a fait.
Sur ce, cher journal, je te laisse : la journée de demain risque d’être mouvementée.
Anatole Sganou, 3e Bleu, alpha.