Sortilèges et crises de nerfs de Mathilde Maras

Présentation de l’éditeur :

Entre la vie estudiantine, mes cours de magie-pharmacologie et les prophéties qui annoncent ma mort prochaine, autant vous dire que j’en ai plein le dos ! Pour couronner le tout, un complot magico-terroriste vient d’éclater et mon petit ami Gavriel est accusé de l’assassinat de la reine Verna. Sauf que moi, Ellaris Vilaleah, nabot colérique de mon état, je n’ai pas beaucoup de respect pour l’autorité ni pour les têtes couronnées ! Convaincu que Gavriel n’est pas le meurtrier qu’ils recherchent, je le suis sur les routes de l’exil avec pour seule défense mes sortilèges et mon mauvais caractère… sans savoir que je m’apprête à affronter des secrets qui mettront les limites de la magie à rude épreuve…

Mon avis : 

Je serai claire : je n’ai pas envie de me lancer dans une grande analyse dont le but serait de décortiquer l’oeuvre, de montrer ses enjeux, ses visées, et l’ensemble des procédés stylistiques qui ont fait que j’ai aimé le lire. J’ai aimé le lire, et cela devrait suffire. J’ai beaucoup ri en suivant Ellaris, étudiant en magie-pharmacologie irascible, à la vie personnelle fort heureuse… du moins, à un moment du récit. Il est en effet amoureux de Gavriel, et Gavriel est amoureux de lui, ils sont heureux ensemble. Que demander de plus pour eux ? Que le sort ne s’acharne pas contre eux !

Dans ce récit qui multiplie les retours en arrière pour mieux nous montrer le cheminement et les difficultés d’Ellaris – difficultés à le cotoyer aussi, parce qu’il est tout sauf reposant pour ses professeurs, nous les suivons tous les deux dans leur quête pour… Pour quoi, au fait ? Prouver l’innocence de Gavriel, rien de moins ! C’est surtout Ellaris, qui découvre que son petit ami avait gardé des secrets pour lui, qui souhaite que toute la lumière soit faite, par amour pour Gavriel, et tant pis si certaines péripéties sont… à mourir de rire, même si l’heure est souvent grave, très grave.

A lire si vous aimez rire en compagnie de personnages hors-normes.

9 réflexions sur “Sortilèges et crises de nerfs de Mathilde Maras

    • C’est exactement ce que je te disais : encore une couverture « ratée » mais qui plaît à certaines lectrices. J’ai beaucoup ri, notamment quand le héros, déprimé, s’imagine finir seul avec des chats-garous. Il y a aussi des scènes érotiques, mais, ouf, elles sont rares.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.