Claude Prince, détective radiesthésiste, tome 1 : Qui est cet homme ? de Marcel Priollet

Oxymoron éditions – 52 pages

Présentation de l’éditeur :

Claude PRINCE, le célèbre radiesthésiste détective, est contacté par Madame d’Orsen afin de l’aider à résoudre un grave problème. Son mari, Christian d’Orsen, a disparu en 1914, au tout début de la Première Guerre mondiale. Six mois après la fin du conflit, toujours sans nouvelle, s’estimant veuve, elle s’apprête à épouser son cousin, amoureux de longue date. Mais la Croix-Rouge rapatrie un grand blessé, mutilé, trépané, amnésique, censé être Christian d’Orsen. Pendant des années, elle s’occupe de l’invalide dans lequel elle ne reconnaît guère l’homme dont elle était tant éprise avant de découvrir, dans un cimetière belge, l’existence d’une tombe gravée du nom et du régiment de Christian d’Orsen. Elle compte alors sur les dons de Claude PRINCE pour lui confirmer les doutes sur l’identité de l’éclopé…

Mon avis : 

Ce livre était depuis quelques temps déjà dans ma PAL. J’avais envie d’une lecture courte, c’était donc le moment. Si je connaissais déjà la plume de Marcel Priollet, auteur prolifique, en revanche, je ne connaissais pas Claude Prince, détective radiesthésiste. Je le dirai franchement : l’intérêt de ce récit n’est pas dans cette particularité, il ne se sert quasiment pas de son don, en revanche, on peut se servir de lui, et ce n’est quasiment pas une autre histoire.

Nous sommes en effet plongés au beau milieu d’une affaire délicate : madame d’Orsen pense que son mari n’est pas son mari. Elle le pense, du moins, depuis des années, que cet homme, qu’on lui a rendu fort diminué après la première guerre mondiale, n’est pas l’homme qu’elle a aimé et épousé. Cet homme, amnésique, souffrant de multiples séquelles, s’oppose fortement à l’union de sa fille unique, dont il ne parvient pas à se souvenir, avec l’homme qu’elle aime. Claude Prince doit donc enquêter, prouver ou non l’identité de Christian d’Orsen.

Alors oui, le récit est court, c’est une des contraintes du genre, mais j’ai trouvé cette thématique très intéressante. L’on oublie parfois, quand on parle de la première guerre mondiale, ceux qui sont revenus, mais dans quel état, cumulant tant de séquelles, que ce soient physiques ou psychologiques que le retour à la vie d’avant est quasiment impossible. De même j’ai aimé la construction de l’intrigue, qui nous amène de rebondissement en rebondissement, jusqu’à un dénouement que je n’avais pas vu venir.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.