Le danseur mondain de Claude Ascain alias Henry Musnik

Présentation de l’éditeur : 

Une riche péruvienne est assassinée, frappée par un objet contondant, durant la nuit, dans sa chambre d’un hôtel parisien. L’inspecteur GASPIN, chargé de l’enquête, constate que les bijoux de la défunte se sont volatilisés. Les soupçons se portent rapidement sur deux personnes : un danseur mondain, louant une mansarde dans l’établissement, probable amant de la victime, qui a mystérieusement disparu ; un plombier-zingueur parti cuver une bouteille de vin dans la cave du Palace et qui, au réveil, se plaint du vol de son marteau…

Mon avis : 

J’aime à me replonger dans la littérature fasciculaire, j’ai l’impression que cela faisait longtemps que je ne l’avais pas fait. Qu’à cela ne tienne ! Me voici à la découverte de l’inspecteur Gaspin, qui doit enquêter sur un meurtre et un vol de bijoux. Monsieur Lespot, le directeur du grand hôtel parisien où le crime a eu lieu a une piste à proposer, ce fameux danseur mondain qui a disparu « comme par hasard » le jour du meurtre, Mirlobar. L’inspecteur Gaspin peut compter sur Despeaux, son fidèle lieutenant, pour le seconder, c’est à dire pour faire ce qu’il lui demande, voire même pour prendre des initiatives au cas où son chef ne serait pas joignable. C’est qu’il doit se déplacer pour enquêter, l’inspecteur Gaspin, et, dans ses années-là, l’on allait beaucoup moins vite que maintenant – même si Gaspin s’empresse bien de suivre la piste qu’il a trouvée.

Cette enquête nous permet de découvrir des personnages pittoresques, comme ce plombier-zingueur qui est peut-être compétent (l’on ne l’a pas vraiment vu à l’oeuvre) mais qui est surtout grand amateur de boisson, et pas très très méfiant. Quant au danseur qui donne son titre au roman, on le verra finalement très peu, tout en entendant beaucoup parler de lui. Non, il n’est pas l’Arlésienne de cette oeuvre, il a sa place à part entière, il est même l’un des personnages les plus étonnants de cette oeuvre, offrant un dénouement qui tranche avec ce que l’on peut découvrir dans la littérature policière.

Un mot sur l’auteur : Henry Musnik est un écrivain de langue française, né au Chili le 25/09/1895 et mort à Paris le 04/09/1957. Il a été journaliste sportif à L’Auto puis à L’Équipe. Il fut aussi le cocréateur avec Brantonne de la bande dessinée Fulguros. Il a publié des romans policiers, d’aventure, de science-fiction … sous de nombreux pseudonymes (source : Babelio). 21

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.