Gardiens des cités perdues, tome 8 : Héritages de Shannon Messenger

Présentation de l’éditeur :

Vous rêvez de visiter l’Atlantide ou la mythique cité de Shangri-la ? Suivez le guide !
Sophie n’en peut plus de vivre dans le mensonge et l’illusion : cette fois, il lui faut des réponses. Mais la vérité n’est pas toujours bonne à entendre, surtout quand elle apporte son lot de nouvelles responsabilités… Et que la jeune fille n’est pas la seule concernée. Car le passé trouble de certains de ses amis n’a rien d’un hasard. Beaucoup sont porteurs d’un destin qui les dépasse, qui se joue d’eux et de leurs principes. Commence alors un jeu de pistes dangereux, où la fidélité de chacun se voit remise en cause. Et si les indices s’accumulent, le doute, lui, s’insinue dans le petit groupe à mesure que la frontière entre le bien et le mal se trouble. Une question occupe désormais tous les esprits : qui est véritablement digne de confiance ? À force de creuser pour découvrir ce que cachent les mystères qui l’entourent, Sophie Foster se retrouve dans ce huitième tome de Gardiens des Cités perdues face à elle-même et à ses illusions perdues. L’heure de vérité a sonné. Il ne reste plus qu’à savoir si notre héroïne et ses amis sont prêts à l’affronter…

Mon avis : 

J’ai mis du temps pour chroniquer ce titre – à l’image de ces derniers mois, qui furent et sont toujours mouvementés pour moi. Nous retrouvons Sophie et ses amis, dont Keefe, qui essaie de retrouver la mémoire, ou Fitz, qui pense sans arrêt ou presque à son frère Alvar et c’est tout sauf facile. Sophie en a un peu assez de … plein de choses, il faut bien le dire. Pour les adultes, elle est le colibri, pour elle, elle est avant tout une personne, une adolescente pour être plus précise, avec ses désirs, et son envie aussi de tout savoir, notamment sur ses origines.

Oui, j’ai trouvé que l’action, dans ce tome, tardait à se mettre en place, contrairement à ce qui a pu se passer dans d’autres tomes. L’on n’est plus tant dans l’action que dans la recherche, et Sophie se heurte aux adultes, qui semblent ne pas avoir compris/prévu que leur colibri ne serait pas une petite chose docile qui accepterait tout sans rien dire – à croire qu’ils ne s’en étaient pas déjà aperçu. Sophie ne peut changer certaines choses, elle ne peut empêcher ses amis proches de souffrir, physiquement, moralement. Elle essaie, en revanche, de prendre son destin en main, de comprendre aussi pourquoi ses parents biologiques ont « laissé faire », c’est à dire ont consenti à être éloignés d’elle – parce qu’ils ne la considéraient pas comme leur enfant mais comme une expérience ? Peut-être. Ce n’est pas forcément rassurant, mais elle n’est pas la seule que ses parents aient considéré ainsi. Si vous vous dites qu’il y a quelque chose de pourri au royaume des elfes, vous avez bien raison !!!!

Le tome 9 sort le 10 novembre, et bien sûr, je le lirai.

5 réflexions sur “Gardiens des cités perdues, tome 8 : Héritages de Shannon Messenger

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.