Archive | 7 septembre 2022

Les Cousins Holmes La Bague Royale par Nathalie Somers

Présentation de l’éditeur : 

« Je m’appelle Honorius Howard Horatio Holmes et jusqu’à récemment, j’étais un voleur… Mais le meilleur de la capitale, je vous prie ! J’aurais pu continuer longtemps cette dangereuse carrière si ma géniale petite sœur Mary ne m’avait pas suggéré de changer de voie. Mary ayant toujours raison (ou presque), l’agence de détectives Holmes a vu le jour. Pourtant, quand un client très spécial est venu frapper à notre porte en cet après-midi d’hiver, je me suis demandé si nous étions vraiment de taille à résoudre cette affaire… »

Circonstances de lecture : 

J’ai lu ce livre et rédigé ma chronique le 2 août, alors que Samy rechutait, que Fidélio ne ressemblait pas à grand chose, que Lorient manquait d’appétit, que Ruby se dévouait pour les chatons de l’écurie et que Canaillou fêtait son premier anniversaire. Ce roman paraît le 7 septembre. L’on verra bien ce qu’il en sera de la situation.

Mon avis : 

Merci aux éditions Didier Jeunesse et à Netgalley pour ce partenariat.

Voici de nouveaux venus dans la famille Holmes, j’ai nommé les cousins, Honorius et Mary. Ils ont huit ans d’écart, ils sont orphelins, et Honorius a dû développer des trésors d’inventivité pour élever Mary. Oui, quand ses parents sont décédés, il avait dix ans (soit, à l’époque, largement l’âge de travailler) et sa soeur deux (non, là, il ne faut pas exagérer, elle ne pouvait pas travailler, il fallait attendre encore trois ans). Certes, il avait bien une tante, mais elle était très occupée elle-même avec sa propre vie familiale. Pour (sur)vivre, il a donc choisi le métier de voleur. Mary ayant grandi, elle a suggéré à son frère non de choisir une activité moins risquée, mais de choisir un métier plus légal, à savoir détective privé.  Je ne rangerai pas Mary dans la catégorie des petits soeurs agaçantes, non, je la range dans la catégorie des petites soeurs qui empêchent leur grand frère de prendre des risques inutiles, mais savent quand il est nécessaire d’en prendre. Il n’est pas question pour Mary de se contenter de faire la cuisine (même si l’on découvre qu’elle la fait très bien), elle participe également à l’agence de détective de son frère.

Pour cette première enquête, il leur faut retrouver une bague non pas volée, mais mise en gage par le prince de Galles. Oui, la dette a bien été remboursée, mais la personne à qui il l’a confiée refuse de la lui rendre, le fait même chanter. Beau scandale en perspective ? Oui, surtout que la reine Victoria n’a pas une confiance démesurée envers son fils et qu’elle exige qu’il porte cette bague à Noël. Alors oui, les intrigues peuvent faire penser à des intrigues que l’on a lu dans des enquêtes de Sherlock Holmes, voire même, dans mon cas, aux Trois mousquetaires, même si récupérer la bague prendra moins de temps que de trouver les ferrets. Cependant, le récit est original, bien construit, accessible pour les jeunes lecteurs, rempli d’humour – Honorius est un narrateur vraiment très doué et très drôle.

Et Sherlock ? Vous le croiserez, je laisse à ceux qui liront ce livre dans quelles circonstances.

Une nouvelle série à suivre.