L’empathe saute le pas de Claude Picq

auto-éditions – 112 pages.

Présentation de l’éditeur :

Des grand-mères qui prennent leur dernier envol du haut des belles falaises normandes, c’est louche. Une, ça va, un suicide on va dire. Quoi d’autre ? Mais trois, bonjour les dégâts ! Sans compter qu’au final, c’en sont quatre qu’on trouve écrabouillées sur les rochers. Un bonheur pour les crabes. Si ça continue, il y aura bientôt plus de vieilles dans les airs du Tréport que de goélands.
Il aura fallu que moi, Georges Marchais (un homonyme), je passe par là pour commencer à ressentir des choses. Drôles de vacances. Le début d’une nouvelle vie, là où s’arrêtent celles de ces intrépides octogénaires volantes. J’y apprends un nouveau mot : « empathie » qui ne me lâchera plus jamais. Une nouvelle carrière s’offre à moi.

Mon avis ;

Je n’ai pas vraiment l’occasion de partir en vacances cette année, donc je pars en vacances par livre interposé (et mes soucis de connexion internet font que cet article a été posté mais sans la critique, ce qui est pratique).

Je découvre un nouveau personnage avec ce livre, il se nomme Georges Marchais. Non, ce n’est pas une blague. S’il est une blague que sa femme apprécie peu cependant, c’est d’être surnommée Lilianne – je vous rassure, elle trouvera un remède à cette situation.

Nous avons des profilers, des criminologues, nous avons maintenant un empathe, c’est à dire une personne capable de ressentir les émotions fortes sur le lieu où elles ont été éprouvées. C’est tout à fait par hasard que Georges, postier de son état, découvre qu’il est capable de ressentir ce que les victimes et les coupables ont ressenti. Il aura suffi de vacances familiales au Tréport où il s’ennuyait pour regarder une émission de télévision parlant de crimes (il en existe beaucoup), d’être tout prêt des lieux du crime et voilà… une reconversion professionnelle imprévue a lieu.

Cette première enquête se passe sur « mes terres », au Tréport, je l’ai dit, mais aussi à Dieppe, où j’aurai dû aller cette année et où je ne suis pas allée pour cause de soucis félins récurrents. Je tiens à préciser en ce matin du 13 août que je ne pensais pas que deux chatons assez gros puissent se faufiler dans le tiroir de la salle de bain… et ne pas trouver la sortie. Majesté et Saphira, vous ne descendez pas de Loulou, c’est impossible, et pourtant, vous êtes aussi doués que lui pour vous faufiler dans des endroits étroits. Les plages normandes sont belles, les falaises aussi, malheureusement, elles peuvent donner des idées aux dépressifs et à ceux qui veulent… ah, mais il s’agit de ne pas trop en dire.

Une nouvelle série à découvrir.

2 réflexions sur “L’empathe saute le pas de Claude Picq

  1. Pingback: Deuxième bilan du challenge Thriller et polar édition 2022-2023 | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.