August de Callum Wink

Présentation de l’éditeur :

Comme beaucoup d’adolescents, August aime les chiens et la nature. Comme beaucoup d’entre eux aussi, il vit mal la séparation de ses parents. Dans leur ferme du Michigan, il y a désormais une maison pour sa mère, une autre pour son père et sa petite amie. Le garçon se partage entre les deux, jusqu’au jour où il doit déménager avec sa mère dans le Montana.
August y tombe amoureux des paysages de l’Ouest américain, découvre le rodéo et la pêche à la mouche mais peine à se faire des amis. Après un épisode d’une rare violence, il finit par se faire embaucher dans un ranch isolé de la région. Livré à lui-même, dans un pays sonné par les attentats du 11-Septembre, il n’aura d’autre choix que de faire face aux contradictions de l’adulte qu’il est en passe de devenir.
Callan Wink dépeint, avec sincérité et finesse, la manière dont les joies et les peines de l’adolescence nous façonnent. Dans la lignée de Boyhood, le film de Richard Linklater, un formidable roman d’apprentissage dans l’Amérique des grands espaces.

Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Albin Michel et Francis Geffard pour l’envoi de ce livre.

J’ai souvent l’impression que la collection Terres d’Amérique donne à lire des auteurs qui montrent cette Amérique que l’on voit peu dans les médias, qui ne fait pas parler d’elle, et qui pourtant, est là et bien là. Nous sommes au fin fond du Michigan, August a douze ans au début du récit. Ses parents se sont séparés, et lui va d’une maison à l’autre, maisons situées au coeur de la ferme paternelle. Il aime les chiens. Par contre, il ne fait pas bon être un chat dans cette ferme. Sa mère, Bonnie, cherche encore sa voie, et finit par la trouver, déménageant et emmenant avec elle son fils unique dans un autre état rural, le Montana. Vu de France, cela ne peut paraître que des noms. August et Dar, son père, peuvent mesurer les différences de végétations, de climat, ainsi que les conséquences pour la culture et pour les bêtes. Oui, ce n’est pas parce que les parents sont séparés, ni parce qu’August n’est pas forcément très à l’aise avec Lisa, la nouvelle copine de son père, que les liens ne doivent plus exister entre le père et le fils. Nous sommes à l’orée des années 2000, et à cette époque, le téléphone fixe est encore le meilleur moyen pour conserver ces liens.

Nous voyons August grandir, devenir un adolescent, puis un jeune homme. Ses parents ont des idées très arrêtées pour lui : sa mère veut absolument qu’il entreprenne des études universitaires, son père souhaite qu’il reprenne l’exploitation familiale. Lui se cherche, dans cette Amérique de l’après 11 septembre. Vu du Midwest, cela pourrait paraître loin, et pourtant, les recruteurs poussent encore et toujours les jeunes gens à s’engager, faisant miroiter des études universitaires intégralement payées en contrepartie d’un métier quasiment sans risque. August, tout jeune adulte, choisit de travailler dans une ferme – non, pas celle de son père – il fera des rencontres, nouera des amitiés, sera, de nouveau, confronter à la violence, découvrira d’autres familles, d’autres histoires de famille, pour mieux, finalement, grandir.

9 réflexions sur “August de Callum Wink

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.