Gousse et le livre des scribes par Tristan Koëgel

Présentation de l’éditeur :

« Et si je vous disais que j’ai libéré ma ville et tous ses habitants avec trois pétards, deux poireaux, une poignée de sarbacanes, une fille aux yeux verts et une bibliothécaire ? » Ce que raconte le jeune Gousse vous paraît bizarre ? C’est pourtant vrai. Le plus incroyable, c’est que pour sauver sa ville, il va être propulsé au Moyen Âge grâce à un grimoire magique !

Suivez notre héros dans cette drôlissime aventure. Ventredieu ! Vous ne serez pas déçus du voyage !

Merci aux éditions Didier Jeunesse et à Netgalley pour leur confiance.

Mon avis :

Gousse n’est pas sorti de l’auberge, pour utiliser une expression un peu désuète. La ville toute entière n’est pas sortie de l’auberge, et pour résoudre le problème qui se pose, à savoir une invasion de puces de lit, des solutions radicales et cruelles ont été employées – merci de ne plus toucher aux chats dans les romans de littérature jeunesse et de ne pas les rendre responsable de tous les maux. Gousse, par contre, s’accommode bien que l’on veuille brûler tous les livres, jusqu’à ce que la bibliothécaire l’entraîne dans une aventure extra-ordinaire.

Le voici plongé malgré lui en plein moyen-âge. Le vrai du vrai, si j’ose dire, avec ses chevaliers, ses scribes, son seigneur, ses tournois, et son hygiène approximative. Ce n’est pas vraiment un plaisir pour les narines de Gousse, mais, pour moi, c’est plutôt un point positif d’avoir l’odorat en bon état. Il vivra des aventures… totalement invraisemblables, et pourtant, le lecteur savait, si j’ose dire, dès le quatrième de couverture, que l’intrigue sortirait des sentiers battus. Il fallait croire le personnage principal, il sait mieux que nous, lecteurs, surtout dans un récit rétrospectif, ce qui s’est passé.

Gousse est un narrateur bien choisir, parce qu’il découvre le moyen-âge (forcément) mais aussi le pouvoir du grimoire magique détenu par la bibliothécaire, qui a plus d’un secret. Quoi qu’il arrive, il ne perd pas son humour, même quand il est obligé de nager en milieu hostile – absence de propreté, quand tu nous tiens.

Un extrait, pour terminer : Je vous assure qu’après un voyage de huit cents ans, on sent passer le décalage horaire. 

2 réflexions sur “Gousse et le livre des scribes par Tristan Koëgel

  1. Pingback: Challenge Jeunesse Young adult #11 [Bilan 6] – Muti et ses livres

  2. Pingback: Challenge Jeunesse Young adult #11 [Bilan 7] – Muti et ses livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.