Archive | 28 janvier 2022

Bane Seed, tome 5 : pour qui sonne le crépuscule de Fanny André

MxmBookmark – 237 pages

Présentation de l’éditeur :

Entre Bane, la Banshee attachiante et Dorian, l’Incube insolent, c’est une histoire d’amour… épique !
Dorian, un mot qui résume plutôt bien le sujet des montagnes émotionnelles par lesquelles passe cette pauvre Bane. Alors qu’elle se résout finalement à reconnaître qu’il n’est pas qu’un emmerdeur fini, il se pourrait bien que l’Incube passe l’arme à gauche suite à une attaque. Mais le plus fou, c’est que Dorian et elle… forment un couple. Voilà, elle l’a dit. Foutue pour foutue, autant être franche. Et si elle a enfin accepté sa relation, ce n’est pas le crépuscule qui va maintenant les mettre en péril, hors de question !
Bien sûr, comme si elle n’avait pas assez à gérer, elle doit aussi enquêter sur des méfaits commis à travers toute la Bretagne. Mais avec son acolyte préféré hors service, cela risque de lui donner encore plus de fil à retordre que d’habitude.

Mon avis :

Il faut sauver le soldat Dorian ! Oui, la phrase est facile, et depuis la sortie du film de Steven Spielberg, c’est fou le nombre de fois que la formule a pu être réutilisée. Et pourtant, après le coup de théâtre de la fin du tome 4, Dorian est plus qu’en danger, il vit son Crépuscule, ce qui, pour les Incubes et autres créatures, est bien pire que la mort puisqu’il ne faut même pas espérer une vie « après ». Bane, qui s’est enfin décidée à admettre les sentiments qu’elle a pour lui et à les lui avouer, n’a pas l’intention de rester sans rien faire, se serait vraiment très mal la connaître, et en quatre tomes, nous avons appris à la connaître !

Son travail la rattrape, pas tant celui de Banshee (encore que…) mais celui qu’elle exerce au sein du Conseil. Dorian est mourant, oui, mais il n’est pas le seul à voir sa vie en danger, et il n’est pas question là non plus de rester sans rien faire, même si c’est difficile de contrecarrer les plans de personnes qui ne pensent qu’à torturer, tuer et démembrer, pas forcément dans cet ordre. Le seul point positif, si j’ose dire, est la bonne volonté de la victime, qui a tout sauf envie de devenir une victime et souhaite plus que tout vivre sa vie du mieux qu’elle le peut.

Heureusement, Morgane et Korena sont là. Morgane, on aurait un peu tendance à l’oublier, a été une grande enchanteresse avant que Merlin ne s’en mêle. Et quand elle est dans un état à peu près normal, elle reste une bonne enchanteresse, méticuleuse et organisée.

Les rebondissements ne manquent pas, jusqu’au dénouement, à nouveau.

Que nous réserve le sixième et dernier tome ? A lire, bientôt.