L’éveil des sorcières tome 3 par Cordélia

Présentation de l’éditeur :

Après quelques mois d’apprentissage, je vais enfin rencontrer d’autres élèves de mon âge ! Ce week-end, j’assiste à mon premier rassemblement de sorcières, j’ai hâte ! Et en même temps, je suis un peu stressée, c’est un moment important : elles vont décider si elles réservent l’apprentissage aux élèves avec des sorcières dans leur famille. J’espère bien que non car sinon, comment on va faire Maelys, Rajan et moi ? En parlant de Rajan, il est impatient lui aussi : il va enfin rencontrer un autre apprenti garçon ! Mais sa rencontre avec Arthur, un fils de sorcière, ne se passe pas du tout comme prévu…

Mon avis :

Voici le troisième et derniers tomes des aventures de Nora, apprenti sorcière qui a la particularité, comme ses amis Rajan et Maelys, de ne pas avoir une mère sorcière. Je trouve toujours agréable de lire une série qui non seulement ne comporte pas trop de tomes (trois, c’est raisonnable) mais qui va aussi au bout de ses aventures – j’ai en tête deux séries que je suivais, dont les derniers tomes ne sont jamais parus.

Nora est toujours la narratrice, et ici, il ne sera pas question de l’école, de la vie quotidienne mais de sa participation à son premier sommet de sorcellerie – un grand moment pour toute sorcière. Elle y va avec Harmonie, la sorcière qui s’occupe de leurs apprentissages, Maelys et Rajan. Il lui faudra garder le secret de Maelys (voir le tome 2 – je ne vais quand même pas le révéler ici) et avoir pour condisciple un des rares sorcières garçon du sommet. Moralité : un de mes élèves avait bien raison, les sorcières garçons, cela existe.

Le sommet est un excellent moyen de rencontrer d’autres sorcières à des moments différents de leur vie, de leur apprentissage. Nora fait preuve de beaucoup d’humour, de beaucoup d’acceptation aussi, face aux autres, sauf si cette personne est intolérante ou méprisante. or, Nora découvre dans ce tome que le monde des sorcières n’est pas aussi idyllique qu’elle le pensait. Les sorcières sont tout à fait capables de lancer des sortilèges contre des rivales (c’est de bonne guerre, paraît-il) mais surtout d’ostraciser des participantes qu’elles jugent inférieures à elles en raison de leurs origines. C’est même devenu leurs combats : exclure de la possibilité d’étudier la sorcellerie toutes celles dont la mère ne serait pas une sorcière. Si ce type de combat vous en rappelle d’autres, vous avez parfaitement raison. Il existe toujours des personnes qui veulent en exclure d’autres, aujourd’hui plus que jamais. Et pourtant, s’il est des femmes qui devraient savoir ce que c’est que d’être exclu, ce sont bien les sorcières qui se sont vues trahies des siècles plus tôt par les hommes; Mais cela explique aussi leur volonté de garder le secret le plus possible.

Qu’adviendra-t-il ? Oui, tout ne se passera pas comme prévu, mais ce n’est peut-être pas plus mal que cela.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.