Archive | 2 janvier 2022

Les femmes de Heart Spring mountain de Robin MacArthur

Présentation de l’éditeur :
Août 2011. L’ouragan Irene s’abat sur le Vermont, laissant derrière lui le chaos et la désolation. Loin de là, à La Nouvelle-Orléans, Vale apprend que sa mère a disparu lors du passage de la tempête. Cela fait longtemps que la jeune femme a tourné le dos à sa famille, mais cette nouvelle ne lui laisse d’autre choix que de rentrer chez elle, à Heart Spring Mountain. Elle y retrouve celles qui ont bercé son enfance : la vieille Hazel qui, seule dans sa ferme, perd la mémoire, et Deb, restée fidèle à ses idéaux hippies. Mais si elle est venue là dans le seul but de retrouver sa mère, c’est aux secrets des générations de femmes qui l’ont précédée que Vale va se confronter, réveillant son attachement féroce à cette terre qu’elle a tant voulu fuir.

Mon avis :

Me voici de retour aux Etats-Unis avec cette lecture. Au début, le sujet semble presque simple : le lecteur se retrouve face à une catastrophe naturelle, une catastrophe à laquelle, pourtant, l’on ne s’attend pas ; un ouragan s’abat sur le Vermont, causant d’énormes dégâts, des destructions, des morts et une disparition.

La disparue, c’est Bonnie, la mère de Val. Val, avertie, se rend sur les lieux. Cela fait des années qu’elle n’a pas vu sa mère, sa mère qui lui a préféré la drogue et son nouveau compagnon. Dans le Vermont, Val retrouve sa tante Deb, qui attend des nouvelles de son fils Danny, en mission au Guatemala, pays lui aussi dévasté par les catastrophes naturelles et Hazel, sa grande-tante. Elle va chercher, longuement, sa mère : les pistes sont peu nombreuses, la police manque cruellement de sensibilité dans sa manière d’avertir les proches dès d’une trace, une preuve quelconque est trouvée. En ont-ils trop vu ? Ou sont-ils naturellement indifférents face à la misère qui les entoure ? Il en est des personnes qui vivent dans des conditions précaires, d’autres qui sont à la rue, littéralement.

Et Val ? Et sa famille ? Au cours du récit, nous remontons le temps. Nous découvrons Lena, la mère de Bonnie, morte quelques jours après l’avoir mis au monde. Nous découvrons aussi Deb, jeune, en rupture avec sa famille, rejoignant une communauté hippie puis se mettant en couple avec Stephen, fils de Hazel, qui a tout fait pour ne pas aller au Vietnam. C’est un cliché, je le sens en l’écrivant, mais comment le dire autrement ? Le Vermon a payé un lourd tribu à cette guerre. De cette communauté ne restera que Ginny, que Deb voit encore de temps en temps, artiste et lucide sur cette utopie qu’ils ont vécu – lucide aussi sur le passage du temps.

Ce récit est aussi l’occasion de parler du sort réservé aux indiens, comme en filigrane du récit principal. C’est l’occasion aussi, pour Val, de découvrir des secrets qui ont été soigneusement gardés par les générations précédentes. Pas par Deb, non, par Hazel, entre autre, et moi de me dire, un peu comme Val, que si Bonnie avait su certaines choses – l’identité de son père, pour ne citer que ce point – sa vie aurait été bien différente. Je sais que certaines personnes pensent fièrement que l’on peut se construire sans racines, alors qu’elles-mêmes n’ont fait que rejeter les leurs, en toute connaissance de cause. Bonnie, sans mère, sans père, sans connaissance de ses origines familiales, avec seulement la courte légende familiale – un couple d’aïeuls, treize enfants, l’amour de la terre – a fait ce qu’elle a pu, c’est à dire très peu. Val s’en est mieux sortie, finalement, même si son parcours est un peu chaotique, en rupture avec sa mère qui ne parvenait plus à être mère.

Pour lire ce livre, il faut aussi accepter de se laisser bercer, de croire que les esprits des êtres aimés peuvent encore, peut-être, montrer leur présence.

Un beau roman, que j’ai lu quasiment d’une traite.