Ma première nuit à la belle étoile d’Alex Cousseau

édition du Rouergue – 51 pages.

Présentation de l’éditeur :

Pour leur première nuit à la belle étoile, Cléo et son cousin campent dans le jardin. Au fur et à mesure que la nuit s’installe, les deux enfants se racontent leurs peurs, petites ou grandes. Un récit tendre et plein d’humour sur l’imagination des enfants.

Mon avis :

C’est un livre qui, de prime abord, peut faire peur. Et n’est-ce pas le but ? Le narrateur et sa cousine, qui ont sensiblement le même âge, vont dormir tous les deux à la belle étoile, dans le jardin des parents de Cléo. Les parents ne sont pas loin, ils sont dans la maison, et ils ont édicté quelques règles aussi. Bref, les enfants sont en sécurité.

Cependant, le jeune garçon sent qu’il y a autre chose. Cléo a peur, elle ne veut plus dormir dans sa chambre. Pourquoi ? Elle ne veut pas le lui dire. Alors c’est lui qui lui confie une de ses peurs, pourquoi lui aussi, cinq ans plus tôt, avait peur de dormir dans sa chambre. Mais… son père est venu, a identifié ce qui causait le bruit si effrayant, et mettre des causes sur un fait a permis au jeune garçon de se sentir mieux. Il se propose de faire la même chose avec sa cousine.

Il ne s’agit pas seulement ici de se dire que toutes les peurs doivent être prises au sérieux, même celles qui nous semblent, avec nos yeux d’adulte, causées par presque rien. La peur de Cléo avait une cause bien réelle, elle en avait aussi une autre, plus implicite, toutes ces images violentes qu’elle voit à la télévision, qui est dans sa chambre et qu’elle regarde, me semble-t-il, autant qu’elle le veut. Les mots sont importants, et son cousin est bien d’accord, mais les mots qu’elle connaît, qui parlent de violence, sont-ils aussi importants que ceux que connait son cousin ? La chélidoine ne passe pas au 20 heures, elle est pourtant importante.

Je terminerai par cette citation :

Si je dis à ma cousine qu’elle a peur, cela ne l’empêche pas d’avoir peur. Nous aurions besoin de quantité d’autres mot pour comprendre cette peur, et pour la vaincre.

8 réflexions sur “Ma première nuit à la belle étoile d’Alex Cousseau

  1. Dormir à la belle étoile, par les températures qu’il fait, non merci 🙂

    En effet, on se gausse souvent des peurs un peu bêtes des autres, sans chercher à les comprendre ou les aider à passer outre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.