American predator de Maureen Callahan

Présentation de l’éditeur :

Anchorage, sur les rivages glacés de l’Alaska. Dans la nuit du 1er au 2 février 2012, la jeune Samantha Koenig termine son service dans un petit stand de café battu par la neige et le vent. Le lendemain matin, elle n’est toujours pas rentrée chez elle. Une caméra de vidéosurveillance apporte vite la réponse : on y voit un inconnu emmener l’adolescente sous la menace d’une arme. Commence alors une véritable chasse à l’homme, qui permet au FBI de mettre la main sur un suspect potentiel, Israel Keyes. Un homme qui semble pourtant au-dessus de tout soupçon, honnête travailleur et père d’une petite fille.

Merci aux éditions Sonatine et à Netgalley pour ce partenariat.

Mon avis :

Que dire ? J’ai été profondément étonnée en lisant ce livre, et pourtant, le lecteur pense parfois qu’il a déjà tout vu ou tout lu en terme d’horreur. American predator n’est pas un roman, il est cependant écrit avec autant de force et de personnalité que s’il s’agissait d’une oeuvre romanesque. Minutieusement, Maureen Callahan a écrit sur cet homme, ce tueur en série quasiment inconnu. Effrayant ? Oui. Il est effrayant de constater qu’aux Etats-Unis, une famille entière puisse vivre, habiter, déménager, avoir des enfants, ne pas les déclarer à l’état civil, ne pas les scolariser, ne pas les soigner, et que cela passe totalement inaperçu. Combien sont-ils ainsi ? C’est dans une de ces familles qu’Israel Kayes a vu le jour. Il était l’ainé, et même s’il a fallu des années pour cela, il a bien compris, un jour, que cette manière de vivre n’était pas dans la norme – quelle que soit la norme.

Il faut se garder des généralités, et pourtant, je constate que cet homme est passé par l’armée, et qu’il y a fait un parcours sans faute. Je constate aussi que les abondantes séries télévisées qui montrent comment les crimes sont résolues montrent aussi comment ne pas se faire prendre, à condition d’être observateur, organisé et intelligent. Israel Keyes avait toutes ses qualités, et il les a mises au service de ses désirs. Il a réussi à passer sous les radars lui aussi, bon compagnon, bon père (il a obtenu la garde de sa fille) et voyageur infatigable, sans que cela n’attire l’attention d’un organisme de sécurité quelconque.

La police a fait tout ce qu’elle a pu et le FBI a enquêté minutieusement. Il y aurait à dire sur le système judiciaire de l’Alaska, entre un procureur qui tire la couverture à lui parce qu’il y voit l’affaire de sa vie et la corruption qui règne au pénitencier, sans que qui que ce soit parvienne à changer les choses. Moralité : si vous voulez commettre un crime en toute impunité, commettez-le en Alaska.

American predator, une oeuvre solide et glaçante.

10 réflexions sur “American predator de Maureen Callahan

  1. J’avais hésité à le prendre et maintenant, je me mords les doigts (aie) de ne pas l’avoir pris ! Ok, demain je braque la librairie 🙂 Et je le ferai en Alaska pour que ça reste impuni 🙂

  2. Pingback: Mon second bilan personnel thriller et polar | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.