Archive | 14 novembre 2021

Les enquêtes de l’inspecteur Sweeney, tome 17 : Archie et le passager perdu de John Erich Nielsen

Head over Hills Editions – 284 pages

Présentation de l’éditeur :

Le corps d’un jeune garçon étrangement semblable à Harry Potter est retrouvé cinquante ans après sa disparition. Malheureusement, le crime n’a rien de magique… Octobre 1969 : le jour de son onzième anniversaire, Henry Cotter disparaît à Fort William, petite ville des Highlands célèbre pour son Poudlard Express. Le train à vapeur, ainsi que le viaduc de Glenfinnan, y sont en effet les décors mythiques du premier film consacré au magicien de J.K. Rowling.
Cinquante ans plus tard, le corps du jeune garçon est enfin découvert : avec la similitude de son nom, son âge, ses lunettes rondes, et le billet de train qui se trouve dans sa poche, la presse a tôt fait de parler du « Passager perdu du Poudlard Express ». Un titre accrocheur, mais qui, pour l’inspecteur Sweeney, pose deux problèmes : en dépit de coïncidences évidentes, la locomotive ne circulait pas en 1969. En outre, les livres de J.K. Rowling ne sont parus qu’en… 1997 !
Dans ces conditions, comment Henry Cotter pourrait-il être le « passager perdu » du Poudlard Express ?
Inspecteur Sweeney – Police criminelle d’Édimbourg

Mon avis :

Le temps a (un peu) passé depuis le tome 16. L’inspecteur Sweeney est désormais marié, et son vieil ennemi n’est plus. Du moins, il l’espère, mais il reste tout de même un doute, d’autant plus qu’un autre enquêteur a disparu. Bref, le sentiment de sécurité n’aura guère duré.

Il doit enquêter ici sur ce que l’on nomme un cold case : le corps d’un jeune garçon a été retrouvé, cinquante ans après sa disparition. Or, quelqu’un a déjà été condamné, a déjà passé des décennies en prison pour son meurtre, qui n’en est peut-être pas un. Que s’est-il réellement passé cinquante ans plus tôt ? Pour certains, le temps s’est arrêté cinquante ans plus tôt, les rancoeurs et les haines sont toujours là, et m’ont fait penser à certaines affaires hélas trop connues. Ou comment détester tellement son enfant et la vie d’adulte qu’il a choisi de mener que la disparition de son petit-fils laisse totalement indifférents. Tout le monde n’a pas la chance d’être orphelin. Tout le monde n’a pas la chance de quitter ces petites villes et leur carcan.

Sombre ? Oui, cette enquête l’est, indubitablement. Même si certains passages peuvent faire sourire, il n’en est pas moins vrai que ce récit nous raconte des personnes, des policiers remplies de préjugés, ce qui n’est jamais bons, ni à l’époque, ni maintenant. Alors oui, il est des moments d’éclaircies, des variations autour du thème d’Harry Potter qui sont amusantes. Cela n’empêche pas l’histoire d’être profondément triste.