Archive | 9 novembre 2021

My cruel Prince d’Ashley Jade

Présentation de l’éditeur  :

En revenant à la Royal Hearts Academy pour sa dernière année de lycée, Dylan se doutait qu’elle ne retrouverait pas sa vie telle qu’elle l’avait laissée quatre ans plus tôt. Mais jamais elle n’aurait imaginé que Jace Covington, son ami d’enfance et premier amour, se serait changé en un véritable tyran. Glacial, cruel et irrésistible. Un tyran qui a décidé de s’acharner sur elle à coups de provocations et de rumeurs scandaleuses. Qu’a-t-elle fait pour mériter ça  ? En tout cas, s’il croit qu’elle va se laisser intimider, il se trompe. Et elle compte bien lui faire admettre qu’il tient encore à elle.
Jace est hors de lui. Comment Dylan ose-t-elle revenir en ville et dans son lycée après avoir détruit sa vie  ? Cette fille est un poison dont il doit se débarrasser au plus vite. Car, il a beau la haïr du plus profond de son être, une part de lui ne veut qu’une chose  : la posséder.

Mon avis :

Je serai d’abord brève : je n’ai pas aimé du tout. Voilà, c’est dit, je le dis rarement, mais là, c’est une certitude, je n’ai pas aimé.
Je pourrai broder et vous dire que cet univers, celui des lycées américains, n’est pas le mien, ce serait trop simple. Ce qui n’est pas mon univers, c’est l’extrême crudité des propos et des situations. Il ne s’agit pas de pruderie, il ne s’agit pas non plus d’une lecture qui ne correspond pas à mes attentes, puisque j’attendais une histoire qui se passe dans un lycée – et c’est bien ce que j’avais eu. A mes yeux, ce n’est pas un livre à mettre entre toutes les mains, surtout pas entre les mains d’adolescentes sans un sérieux avertissement. Il ne s’agit pas de naïveté, je me doute que les adolescents ont accès à des choses bien plus crues, et c’est bien le souci. Le souci est de montrer ce qui est montré dans ce livre.
C’est le second reproche que je ferai à ce livre, je n’ai pas l’impression d’avoir un seul couple, que ce soit un couple adolescent ou un couple adulte qui soit à peu près équilibré. Chacun a des secrets plus ou moins avouables dans le placard. Je ne parle même pas de la manipulation que certains exercent sur d’autres. Je ne parle même pas des parents dont aucun ne joue son rôle de parents. Dylan ne peut compter que sur sa tante, son père compensait par l’argent le manque d’intérêt pour sa fille. Quant à Jace, il a quasiment élevé ses frères et soeur, tant son père regardait ailleurs, n’ayant su aider ni sa femme, ni ses enfants.
Je ne parlerai pas de « troisième reproche » pour la suite. Le harcèlement est omniprésent, et là, je veux bien croire qu’il s’agisse d’une réalité, pas seulement une réalité américaine. Que personne ne se bouge réellement pour que les choses changent ne m’étonne pas non plus. Je ne sais pas si les adultes ne voient pas, ou feignent de ne pas voir, tant ils sont obnubilés par la réputation de l’établissement, le respect de règle qui sont davantage dans le paraître que dans l’être. Il faut vraiment attendre de passer plus de la moitié du récit pour respirer un peu, pour qu’enfin, certains personnages se parlent réellement, réglant des problèmes qui auraient pu l’être bien plus tôt. Le personnage le plus intéressant à mes yeux est celui de Sawyer, celle par laquelle arrive enfin un peu de cohérence et de soutient. Comme elle le dit si bien : La moitié des problèmes de ce monde serait résolue si les gens apprenaient à communiquer. 

L’antidote mortel, tome 2 : Le casque maléfique de Cassandra Lambert

Présentation de l’éditeur :

Whisper n’a pas le temps d’apprendre à devenir reine que le palais est assiégé. Malgré le danger, elle tente de rejoindre sa tante à l’autre bout du pays avec l’espoir de sauver le royaume. Eden, retrouve enfin son père, au cœur d’une forêt ensorcelée. Sa mystérieuse invention, un casque extracteur de magie, attire de maléfiques convoitises !
Jadis voit ses pouvoirs prendre de l’ampleur et comprend qu’il ne pourra les apprivoiser qu’en levant le voile sur son histoire. Mais sa quête de vérité pourrait lui coûter la vie… Plus que jamais, les trois héros devront rester unis et s’appuyer sur la confiance qu’ils se portent pour se dépasser dans les épreuves qui les attendent…

Mon avis :

Suite et fin d’une saga de fantasy qui ne comporte que deux tomes. J’ai apprécié que ce soit le cas, que l’autrice ne dilue pas les actions dans un grand nombre de tomes sans que l’on ne puisse en voir le dénouement. Pourtant, tout semblait terminé à la fin du tome 1 : le roi Salomon n’était plus, Jadis avait retrouvé sa famille, Whisper et lui étaient réunis. Seule Eden n’avait pas retrouvé son père, mais elle partit à sa recherche dès qu’elle le put. Nos trois héros n’eurent guère le temps de profiter de leur victoire que déjà, le palais est assiégé, la reine prisonnière, et Whisper n’a que le temps de fuir, pour rejoindre sa tante dans les royaumes du Nord. Jadis, lui, est déjà parti, juste avant l’assaut. Quant à Eden, je dirai simplement qu’elle progresse dans sa quête.
Nos héros n’ont guère le temps de se reposer dans ce tome. Les péripéties sont nombreuses, oui, mais surtout, les intrigues ne se déroulent pas comme on pouvait le penser – et je dirai même comme les héros pouvaient le penser. Ni eux ni le lecteur ne peuvent vraiment se reposer sur ce qu’ils savent, ou sur ce qu’ils croient savoir. Les personnages ne sont pas manichéens, tous sont susceptibles d’évoluer, que ce soit du côté du bien ou du côté du mal.Beaucoup de faits seront dévoilés, qui viendront éclairer d’une autre manière le premier tome. Il n’est pas toujours facile d’avancer, il est encore moins facile de reconnaitre que l’on s’est trompé, que l’on a été abusée. Le chemin à parcourir est long, tout comme est long celui qui mène à comprendre pourquoi certaines personnes ont agi ainsi. Quant au dénouement, il est à l’image du récit entier : il ne nous amène pas forcément là où nous pensions nous rendre.

Merci aux éditions Didier Jeunesse et à Netgalley pour ce partenariat.