Archive | 3 novembre 2021

Nuits mauves

Présentation de l’éditeur :

Étretat. Un château tout en haut d’une falaise.
Un printemps caniculaire.
Un mort.
Dix suspects.
Pour comprendre ce qu’il s’est passé, le commissaire Louis Celzer, assisté de l’inspecteur Cyrille Dulac, va devoir se montrer rusé. Si toutes les personnes présentes n’ont pas le profil d’un assassin, elles ne sont pas, à ses yeux, aussi inoffensives qu’elles veulent le laisser paraître. Ce qui est certain, c’est qu’elles ont toutes un grain de folie !
Couple plus proche de Laurel et Hardy que de Sherlock Holmes et du docteur Watson, Celzer et Dulac vont avoir du fil à retordre au milieu des résidents de ce curieux château…

Mon avis :

J’ai acheté ce livre hier, à la librairie Aux marque-pages des Andelys. Je le dis parce qu’il est important d’avoir des libraires de proximité. Alors que je croule sous les livres, j’ai commencé la lecture de celui-ci, et je l’ai trouvé très divertissante.
Je me suis retrouvée à Étretat, dans un hôtel-château en pleine rénovation. Des personnes ayant gagné un mystérieux concours se trouvent réunies sur les lieux, et cela devient le haut lieu de l’excentricité normande. Mon personnage préféré dans cette galerie est sans conteste Pétunia, baronne polonaise de son état, au langage de charretier – quand on est une baronne, c’est tellement plus chic de mal parler.
Tout va bien dans le meilleur des hôtels, n’était un des vacanciers, qui commence déjà à se plaindre le premier soir, à cause du menu. Serait-un vegan accompli, un intolérant au gluten ? Non, il est simplement un abruti. Pas de bol ! c’est le sus-dit abruti, qui aura réussi à se mettre tout le monde à dos, qui sera retrouvé mort au pied de la falaise.
Arrivent alors Celzer et Dulac, duo d’enquêteurs qui va auditionner minutieusement chacun des clients de cet hôtel en devenir. Tous détestaient le mort, même s’ils ne le connaissaient que depuis la veille. Quelqu’un aurait-il pu le détester au point de pousser cet amateur de course à pied du haut de la falaise ? Tout repose là dessus.
Ce polar est léger, divertissement, je le qualifierai volontiers de « polar à lire pour les vacances » si l’expression ne devait sembler péjorative à certains. Et pourtant, j’ai passé un très bon moment en compagnie de ce livre et de ses enquêteurs.
A découvrir !