Dernier été à Primerol de Robert Merle

Présentation de l’éditeur :

C’est au cours de sa captivité en stalag, de 1940 à 1943, que Robert Merle a rédigé cet inédit, qui constitue sa première oeuvre littéraire.
Jusqu’à son décès en 2004, Robert Merle a décidé de le conserver sans jamais lui donner une autre forme, le réécrire ou le prolonger.
Un texte flash-back, où le premier sujet – le camp de transit, le temps de la servitude -, donne naissance au témoignage romancé d’une époque passée, la magnifique et fragile liberté de l’été 39.
Comme l’essentiel de l’oeuvre de Robert Merle, cet inédit est à la croisée d’une histoire singulière et de la grande Histoire, qui emprisonne dans ses filets chaque volonté individuelle et réduit celle-ci à n’être que l’instrument des événements. Robert Merle a toujours été fasciné par ce poids monstrueux des situations qui façonnent les heurs et les malheurs d’une existence.

Mon avis :

Robert Merle est un auteur que je n’avais jamais lu, et il fait partie de ces auteurs que j’ai découvert grâce au Challenge solidarité. Musardant en bibliothèque, j’ai découvert ce titre, un inédit de l’auteur publié par les soins de son fils après sa mort.

Nous sommes à une époque dont on parle peu – parce que ceux qui l’ont vécu ont davantage parlé de ce qui s’en est suivi, à savoir la seconde guerre mondiale. Récit rétrospectif, il nous montre les souvenirs du personnage principal, prisonnier de guerre, de ce dernier été avant la guerre. Rien ne manque : le repos, les baignades, la chaleur, les touristes qui viennent de plusieurs pays d’Europe. La peur de la guerre pour certains, l’incrédulité pour les autres, il est impossible, après la grande guerre, qu’une telle folie se reproduise. Tout est toujours possible.

4 réflexions sur “Dernier été à Primerol de Robert Merle

  1. Tiens, je ne connaissais pas cet ouvrage. J’ai lu toute la série « Fortune de France » et « La mort est mon métier » de cet auteur. Je me note celui-ci.
    Bises et bon week-end.

  2. Je ne connaissais pas non plus cet ouvrage.J’aime beaucoup Robert Merle et j’ai apprécié ses ouvrages dont Fortune de France que j’aimerais à nouveau relire,la mort est mon métier et un animal doué de raison entre autres.C’est un grand écrivain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.