Archive | 27 septembre 2021

Amour givré, copines cinglées et crémes glacées de Brooke Blaine

Mon résumé :

Ryleigh tient une boutique/salon de crême glacé baptisé « Langoureusement vôtre » et participe à un concours télévisé dont le but est de l’aider à créer une chaine de magasin. Au cours d’une réunion d’anciens élèves, elle croise le chemin de Cameron, dont elle était secrètement amoureuse. Pourquoi ne pas commencer une histoire d’amour ? C’est sans compter leurs métiers respectifs, très prenants, et Hunter, meilleur ami et colocataire de Cameron : il trouve Ryleigh très à son goût.

Mon avis :

Je ne dis pas que l’heure est grave. Je dis simplement que j’ai enchaîné les lectures de romance – trois pour être exacte. Je ne prétends pas devenir une spécialiste de la romance grâce à cela, non. Je dis simplement qu’il est des romances qui sont plus en phase avec notre temps que d’autres.

Déjà, le quatrième de couverture, comme c’est hélas trop souvent le cas, en dit beaucoup trop, et mal, sautant des étapes, résumant ici, tronquant là. Par exemple, si Hunter est « en charge des rénovations de « Langoureusement vôtre », c’est parce que le précédent entrepreneur n’était pas vraiment efficace, et que Cameron, qui avait déjà présenté Hunter à Ryleigh, a suggéré à la jeune femme de faire appel à lui. Ensuite, la rencontre avec Cameron n’est pas un « effondrement » – et je pourrai continuer ainsi longtemps. Je préfère me concentrer sur l’intrigue.

Elle aurait pu être casse-gueule. En effet, retrouver son coup de coeur du lycée, celui à qui on n’a jamais osé dire qu’on l’aimait et penser nouer une histoire d’amour avec lui, est-ce vraiment… sérieux ? Cela fait un « joli » sujet de romance, et pour l’héroïne qui lit énormément de romans à l’eau de rose, qui pour certains se terminent très mal (contrairement à elle, je n’ai jamais lu de romans de Nicholas Spark, donc je la crois sur parole), je comprends que cela peut être tentant : prouver, se prouver que, maintenant, à l’âge adulte, elle peut vivre une histoire d’amour avec lui, elle qui était mise à l’écart au lycée parce que trop originale. Elle est restée fidèle au style qu’elle s’était crée à l’adolescence, ne cherchant pas à se fondre dans un moule quelconque. De même, ses meilleures amies sont elles aussi originales, un poil excentrique, et s’en portent très bien ! Ryleigh tient un salon spécialisé dans les crèmes glacées au nom assez évocateurs, coupes de crèmes glacées aussi élaborées que leur nom. Certaines bonnes âmes s’en offusquent – Ryleigh a mis un avertissement devant sa boutique (il ne manque plus qu’un rayon romance et littérature érotique et les mêmes bonnes âmes défailliront davantage).

J’ai craint à un moment que le roman ne montre une gentille petite femme bien soumise à l’homme qu’elle veut séduire. Ce n’est pas le cas. Ryleigh veut séduire, oui, mais pas s’effacer. Elle commettra des erreurs, aussi – qui n’en fait pas ? Les relations humaines, amoureuses, ne sont pas simples, et le récit nous montre qu’il faut savoir aussi laisser du temps à l’autre, et faire confiance. Pas forcément facile. Ryleigh et son amoureux sont des trentenaires, bien installés dans la vie, ce qui signifie qu’ils ont un passé amoureux et que leur vécu influence leur relation présente. Connaître l’autre prend du temps, et Ryleigh ne le prend pas toujours.

Ce roman sympathique est un tome 1. Il est dommage que les deux tomes suivants, consacrés à ces deux copines cinglées, n’aient pas été traduits en français.