Archive | 30 août 2021

Beautiful boy de Tom Barbash

Présentation de l’éditeur :

New York, 1980. A l’angle de la 72e Rue et de Central Park West, le Dakota Building impose sa silhouette étrange et légendaire. De retour d’une mission humanitaire en Afrique, le jeune Anton Winter y retrouve ses parents et l’appartement familial. Son père, Buddy, animateur vedette de la télévision qui a fui les projecteurs après une dépression nerveuse, lui demande alors de l’aider à relancer sa carrière. Or, dans cet immeuble où l’on croise Mick Jagger, Gore Vidal Lauren Bacall ou Ted Kennedy, vit aussi un certain John Lennon, qui pourrait être utile à Buddy pour reconquérir le coeur du public. Mais à mesure qu’Anton s’investit dans sa mission et se lie d’amitié avec le chanteur, il ne peut que remettre en question l’influence de son père sur ses propres ambitions, tandis qu’un certain Mark David Chapman s’apprête à faire couler le sang…

Après Les Lumières de Central Park, Tom Barbash signe un magnifique roman, entre récit d’apprentissage et fresque sociale, qui interroge la célébrité et les relations père-fils, tout en faisant revivre le New York de sa jeunesse et l’auteur de « Beautiful Boy », chanson que Lennon dédia à son fils Sean sur son dernier album.

Merci aux éditions Albin Michel pour leur confiance (livre que je chronique très en retard).

Mon avis ;

Anton Winter est un survivant, il revient d’une mission humanitaire en Afrique et il a bien failli y laisser sa peau (la maladie n’épargne personne). Aux Etats-Unis, il retrouve son père, Buddy, qui a été un immense animateur télévisée pendant dix ans, une star incontestée, jusqu’au jour où la dépression a été la plus forte et où il a quitté l’écran – en claquant la porte derrière lui. Buddy Winter, tel un boxeur qui a mis du temps à se relever d’un K-O, veut remonter sur le ring, et présenter à nouveau une émission. Pour cela, il a besoin de l’aide de son fils, qui pourrait peut-être l’aider à entrer en relation avec un des locataires du Dakota Building, John Lennon. Anton parviendra-t-il à aider son père ? Et surtout, est-ce toujours à un fils d’aider son père au lieu de vivre sa propre vie ?

Cela fait longtemps que je ne crains plus de choquer ou de mettre certains à dos. En lisant ce livre, j’ai immédiatement pensé aux films des années 70 de Woody Allen. J’ai retrouvé la même ambiance, la même couleur, la même tonalité, tout en demi-teinte de ce début des années 80 qui ne sait pas encore qu’il signe la fin d’une époque. J’ai eu l’impression de voir des personnages lutter pour garder la tête hors de l’eau, des personnages qui pensent encore avoir une chance de forcer le destin, comme Ted Kennedy visant l’investiture. Anton porte et supporte son père qui repense à ses débuts, aux meilleurs moments de ses dix années d’antenne, à cette lutte d’abord pour être à nouveau à l’antenne, puis pour garder l’antenne – de nos jours, l’on dirait « ne zappez pas après Dallas », série dont la diffusion battait son plein à cette époque.

Etre à l’antenne, interviewer des artistes, animer des débats (pour ces deux derniers faits, j’ai l’impression que l’on ne sait plus vraiment ce que cela veut dire de nos jours), est-ce que cela rend heureux ? Buddy me semble vivre dans une perpétuelle anxiété, et avoir besoin du soutien de ses proches – sa femme, son fils Anton, ses deux autres enfants ayant pris leur distance, parce qu’ils ont besoin de vivre leur propre vie. Anton en vient lui-même à s’interroger sur ce qu’il veut vraiment faire de sa vie, et être dans sa vie.

S’il est un personnage lumineux dans ce roman, c’est John Lennon, qui n’apparaît pas assez à mon goût (mais tous les goûts sont dans la nature) et qui a tout connu de la célébrité. Depuis cinq ans, il est, tout simplement, un homme au foyer, un homme qui vit sa vie, qui profite de la vie, qui est vivant, en un mot, comme dans l’une des scènes les plus inoubliables du livre.

Après cela, que dire ? Si ce n’est que j’ai commencé Les Lumières de Central Park.

Correspondance indienne

Bonjour

Aujourd’hui, je partage sur mon blog cette correspondance indienne, organisé par Hilde et Blandine. C’est avec Nahe que j’ai échangé (et j’espère que mon enveloppe lui aura fait plaisir). Voici ce que contenait la sienne :

 

M

Merci à Nahe pour cet échange !