Archive | 24 août 2021

Crime au « bar du peuple » de René Byzance

édition Oxymoron – 55 pages

Présentation de l’éditeur :

L’inspecteur Gonzague GAVEAU, dit « Le Professeur », après avoir résolu l’affaire du « Meurtre à Baumugnes », s’installe dans une modeste chambre au « Bar du Peuple », établissement tenu par la plantureuse et exubérante Martine qui héberge une faune hétéroclite et haute en couleur. Un matin, la patronne est retrouvée dans la salle commune, baignant dans son sang, la gorge tranchée. « Le Professeur » va alors se charger de l’enquête…

Mon avis :

L’inspecteur Gonzague en a eu assez. Non, il n’en a pas eu assez de son métier, il en a eu assez de Paris, de ces crimes sordides, il a donc demandé sa mutation en province et le voici, très heureux, à Grenoble. Le salaire d’un inspecteur étant ce qu’il est, il loge au « Bar du peuple », et cela ne le dérange pas plus que cela. Au contraire, il aime l’ambiance qui y règne, les gens qu’il y rencontre. Tout irait pour le mieux si la propriétaire du bar n’était assassinée.

Le récit est court, l’intrigue est donc rapidement résolu, cependant j’ai aimé les personnages, rapidement caractérisés, certes, mais nettement caractérisés. Martine, la patronne du bar, aura vécu plusieurs vies, du Cameroun à ce bar où elle sert… eh bien, des personnes qu’elle a connues au Cameroun. Elle a un amant plus jeune, déjà usé par la vie. Elle a un fils qui lui souhaite s’établir avec sa maîtresse plus âgée, ce que maman n’accepte pas. Des personnages hauts en couleur, donc, jusqu’au maire de la commune que j’ai eu un peu de mal à supporter, et je ne suis pas la seule.

Crime au « bar du peuple » n’est pas une lecture inoubliable. Ce récit offre cependant une lecture plaisante, et c’est déjà très bien.