Mon crime de Rodolphe Bringer

Oxymoron édition – 84 pages

Présentation de l’éditeur :

Je suis un assassin ! J’ai tué un homme ! Nul n’en a jamais rien su ! Personne ne le saura jamais ! Il y a bien longtemps de cela… Je n’ai aucun remords de mon crime ! Seulement une sorte d’angoisse quand je pense à toutes les émotions par lesquelles j’ai passé !… Et c’est pour cela que je veux écrire cette effroyable histoire afin de m’en décharger sur le papier. Il me semble que lorsque je l’aurai ainsi contée, mon esprit en sera débarrassé et que je n’y penserai plus !… Car c’est comme une hantise qui trop souvent m’accable…

Mon avis :

Depuis décembre 2020, j’aime à me plonger dans la littérature fasciculaire, ces romans populaires qui ont précédé la création du livre de poche. Rodolphe Bringer (1871-1943) était journaliste, il travailla notamment pour l’Humanité et pour le Canard Enchaîné.

Mon crime est pour moi un véritable exercice de style réussi. Dès le début, nous savons que nous lisons la confession d’un meurtrier. Pourtant, de nombreuses questions sont en suspens : qui a-t-il tué ? Pourquoi ? Comment a-t-il réussi à échapper à la justice ? Toutes ses questions auront une réponse, en dépit du format court adopté.

J’ai aimé le style enlevé de ce récit. J’ai aimé aussi l’aspect un peu amoral du récit. C’est une chose d’échapper à la justice, et même de mener une vie ordinaire après avoir commis un crime. Cela en aurait été un autre de laisser payer un innocent à sa place.

Je ne dis pas que la police en prend un peu pour son grade dans ce récit. Je dis simplement que le brillant inspecteur Cardon – son devenir nous renseigne sur la réussite de sa carrière – enquête uniquement à charge, sans trop chercher si quelqu’un d’autres aurait pu commettre le crime. Heureusement qu’un vaillant journaliste était là pour le remettre sur le chemin de la vérité !

Récit court, je me répète, et pourtant, il nous parlera de la guerre, qui a changé bien des choses. Il nous parlera aussi de ceux qui tentent de sortir de la pauvreté, et peinent à y parvenir. Même le narrateur fut, autrefois, obligé de mettre des objets en gage pour voir venir. Alors que dire de ceux qui compte avant tout sur le hasard (les courses de chevaux) pour s’enrichir ? Leur situation n’est pas près de s’améliorer.

Mon crime – un récit policier agréable à lire.

6 réflexions sur “Mon crime de Rodolphe Bringer

  1. Pingback: Premier bilan du challenge polar et thriller 2021-2022 | deslivresetsharon

  2. Pingback: Mon second bilan personnel thriller et polar | deslivresetsharon

  3. Pingback: Mon bilan du challenge Polar et thriller 2021-2022 | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.