Seule la haine de David Ruiz Martin

 

édition Taurnada – 256 pages

Quatrième de couverture:
Persuadé que le psychanalyste Larry Barney est responsable du suicide de son frère. Elliot le prend en otage dans son cabinet.
Sous la menace d’une arme, Larry n’a pas d’autre choix que de laisser l’adolescent de 15 ans lui relater ses derniers mois.
Mais très vite, c’est l’escalade de l’horreur: Larry est jeté dans un monde qui le dépasse, aux frontières de l’abject et de l’inhumanité. Tandis que les détails scabreux se succèdent, une seule idée l’obsède: celle de s’en sortir, à tout prix … Un thriller psychologique qui va vous retourner la tête !!!

Merci aux éditions Taurnada et à Partage-Lecture pour ce partenariat.

Mon avis :

Ce roman policier est un huis-clos. D’un côté, nous avons un psychanalyste qui pense être très bon dans son domaine. De l’autre, nous avons son nouveau patient. Un adolescent. Il le prend en otage. Pourquoi ? Elliot, l’ado de quinze ans, reproche au docteur Larry Barney de ne pas avoir pu empêcher le suicide de son demi-frère aîné. Pour moi, que ce soit son demi-frère n’a aucune importance. Ce fait explique simplement comment le bon docteur n’a pas fait le rapprochement entre les deux adolescents. Je suis un peu ironique, parce que ce psychanalyste m’a semblé vraiment tout sauf bon dans son domaine. Pour le définir, j’hésite : méconnait-il vraiment à ce point ses patients, ou bien s’en désintéresse-t-il totalement ? Sa vie de famille n’est guère plus brillante, elle est banale, jusqu’au délitement. Sa famille est une famille classique, finalement, une famille qui n’a plus de famille que le nom,tant les liens entre Larry Barney et les siens n’existent plus.

En face de lui, nous avons Eliott. Beaucoup de choses m’ont choquée, gênée chez lui, certaines scènes qu’il raconte sont à la limite du soutenable – l’une, surtout, pour des raisons personnelles sur lesquelles je ne m’étendrais pas. Les discours d’Eliott sont une déferlante de haine et de violence, haine contre les adultes qui ont maltraité le monde dans lequel les adolescents deviendront des adultes – s’ils le deviennent. Cette violence serait-elle le reflet de notre société ? La société a toujours été violente, ce sont simplement la manière dont elle l’est qui a changé. Ce qui m’a posé problème aussi avec ce personnage, c’est que j’ai eu du mal à croire à tout ce qu’il a mis en oeuvre pour se venger du docteur. La vengeance était très élaborée – trop pour un adolescent de son âge, si bien que j’ai eu du mal à y croire.

Même si j’ai lu le livre jusqu’au bout, même si j’ai voulu savoir jusqu’où l’intrigue irait, le sentiment qui me reste est le fait que je n’ai pas vraiment apprécié cette lecture, qui m’a mise trop mal à l’aise.

 

8 réflexions sur “Seule la haine de David Ruiz Martin

  1. Pingback: Premier bilan du challenge polar et thriller 2021-2022 | deslivresetsharon

  2. Pingback: Challenge Voisins Voisines 2021 – Billet récapitulatif – A propos de livres…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.