Archive | 18 juillet 2021

Elvira Time, tome 2 : Jail Time par Mathieu Guibé

Présentation de l’éditeur :

Pour certains, le lycée, c’est l’enfer. Pour moi, la situation s’est pourtant considérablement améliorée depuis que Ludwig, le savant fou prépubère, m’invente des armes sur mesure pour embrocher du vampire pendant que Belinda, sous les traits de ma prétendue avocate, me permet de toucher la prime de mes exécutions, avant ma majorité. Mais bien entendu, il a fallu que les politiques s’en mêlent : je n’ai certainement pas besoin d’une réorientation gouvernementale quant à l’intégration des Tolérés. Ma bienveillante croisade anti-raclures multicentenaires dans les couloirs du bahut va être bien plus hard, s’il m’est dorénavant interdit d’exploser un ou deux de ces petits vampires à collier. Dénuée de la fibre patriotique, née pour zoner du mauvais côté de la légalité, d’aucuns disent que je suis à deux doigts de verser dans le crime, ce qui se traduit maintenant par verser du sang de Toléré. Il faut bien l’admettre, ces gens sont loin d’avoir tort.

Mon avis :

Voici le second tome des aventures d’Elvira Time, accompagné de Jericho, son meilleur ami, fantôme depuis un peu plus d’un an et le dénouement nous permettra d’en savoir un peu plus sur lui et sur ce qui a causé sa mort. Je spoile ? Il reste encore deux tomes ! Parfois, je me dis qu’Elvira a eu beau reprendre le flambeau tenu précédemment par son père, elle a beau être une tueuse de vampires aguerrie, elle manque singulièrement de sens de l’observation. Oui, je sais, c’est plus facile à lire qu’à vivre.

J’aime beaucoup Elvira mais je crois que j’apprécie encore plus Belinda, prototype même de la lycéenne un peu gourde, juste un peu, qui a une forte tendance à tomber amoureuse des bad boy, en l’occurrence, des bad vampires (j’allais écrire « vlad », cela revient quasiment au même) et qui est une excellente comédienne. Je me demande d’ailleurs quelle carrière elle pourra embrasser plus tard. Elle fait toujours de son mieux pour aider Elvira, même si celle-ci … reste Elvira.

Le roman commence fort, et plus forte encore est la révélation qui suivra : oui, le gouvernement veut intégrer les tolérés, et quoi de mieux que de leur offrir un poste au lycée. Elvira n’apprécie pas, et elle mettra tout en oeuvre pour le montrer. Problème : il en est d’autres qui mettront tout en oeuvre pour la neutraliser.

Je ne vous dirai pas « il est des pages difficiles à lire », sauf si vous êtes allergiques au sang et aux débris vampiriques. Je vous dirai que Jail Time revisite les thèmes du procès (vive un système judiciaire pas du tout corrompu) et du séjour en prison, sans pour autant que cela soit le centre du roman – même si Elvira risque gros. Mais peut-être risquer plus que sa vie, ce qu’elle fait déjà ?

A suivre….