Archive | 2 juillet 2021

Commandant Marie Sevran – tome 2 : Crystal meth

édition Lajouanie – 271 pages.

Présentation de l’éditeur :

Strasbourg. Un arrivage de Crystal Meth, méthamphétamine ravageuse, est annoncé. Des dealers se font assassiner.
La police découvre qu’un sordide et monstrueux trafic se cache derrière cette arrivée de drogue.

Un gros arrivage de Crystal Meth, drogue particulièrement puissante, va inonder Strasbourg. Plusieurs petits dealers sont assassinés.
Le commandant Marie Sevran est chargée de l’enquête, deux flics des stups, le commandant Costner et son adjoint Moreau, la rejoignent.
Les policiers découvrent rapidement que ce trafic de drogue, pour inquiétant qu’il soit, en cache un autre bien plus terrible encore.

Mon avis :

J’ai préféré ce second tome au premier, ne serait-ce que parce que je n’ai pas été gênée par les « coquilles » contenues dans le premier tome.
Cependant, la vie sentimentale du commandant Marie Sevran est toujours aussi chaotique. Non, elle ne s’est pas remise avec Patrick, son ex-mari. Oui, elle a rompu avec Jennifer, la jeune criminologue stagiaire dont elle était éprise. Elle espère cependant toujours retrouver l’amour, ne plus être seule, ne pas finir célibataire. Oui, sa vie sentimentale occupera encore une grande place dans ce tome mais, à nouveau, elle ne l’empêchera pas d’enquêter.
Il faut dire que ce n’est pas moins de quatre meurtres qui surviennent – quatre personnes retrouvées assassinées dans un appartement, et si l’un d’entre eux était un petit dealer sans réelle envergure, les trois autres passent très vite pour des victimes collatérales. Ils ne seront pas les seuls à mourir, quasiment dans les mêmes conditions.
Point positif de cette enquête : aucune piste n’est écartée, même celle qui ne semble pas la plus crédible. C’est bien que les enquêteurs restent ouverts d’esprit, n’hésitent pas à remettre ce qui semble trop évident en cause. Alors oui, l’enquête prend du temps parce qu’une bonne enquête ne peut se faire en un claquement de doigt. Les pistes suivies nous entraîneront loin, très loin, montrant le pire de ce que l’être humain est capable. Elles rappelleront aussi à quel point, voici quelques décennies seulement, les morts dues aux surdoses de drogue n’entraînaient qu’indifférence. Même si elles sont moins nombreuses aujourd’hui, je ne suis pas certaine qu’elles suscitent davantage de compassion, pas même, comme le montre le roman, parmi les proches des morts. Vision sombre de l’humanité ? Oui.
Mon petit regret est que le personnage d’Arsène, celui que j’avais préféré dans le tome 1, est mis un peu en retrait dans celui-ci : il est remarié est heureux. Même Rachid semble prêt à renoncer à courir de conquête en conquête. Seule Marie… mais le dénouement semble promettre le contraire. J’espère qu’un tome 3 le confirmera.