Archive | 1 juillet 2021

Gabriel Gerfaut – tome 2 : le mystère Lux et umbra de Gilles Milo-Vaceri

Présentation de l’éditeur :

Un sextuple meurtre. Une loge maçonnique légendaire. Un ennemi historique.Une nouvelle enquête du commandant Gabriel Gerfaut.Un sextuple meurtre. Une scène de crime cernée de triangles et de compas, de feuilles d’or et de symboles ésotériques. Des victimes qui appartiennent aux plus hautes sphères de l’État. Lorsque le commandant Gabriel Gerfaut est appelé sur cette affaire, il flaire d’emblée le parfum âcre du secret. Un relent bien vite confirmé : les victimes appartenaient à la franc-maçonnerie et aucun élément ne doit filtrer de cette enquête, au risque de provoquer un scandale sans précédent. Mais au fil des interrogatoires, le mystère s’épaissit, les incohérences se multiplient. Car les victimes n’auraient jamais dû se trouver ensemble : leur réunion funeste brise les règles fondamentales du culte ancestral. Aidé de sa coéquipière Adriana, Gerfaut va devoir faire la lumière sur cette sombre affaire, tout en veillant à rester dans l’ombre…

Mon avis :

A Noël, les éditions du 38 organisaient une opération « livre mystère ». Il s’agissait de dire quels étaient nos goûts, puis de passer commande pour recevoir un livre mystère, soit en ebook, soit en papier. Il était aussi possible de l’offrir, mais j’ai préféré me l’offrir.

J’ai donc reçu Le mystère Lux et Umbra de Gilles Milo-Vacéri (titre que j’écorche passablement à chaque fois que je le cite à l’oral). Je vous rassure, s’il est un personnage dont je n’écorche pas le nom, c’est celui du commandant Gabriel Gerfaut parce que cette première rencontre avec lui et ses équipiers fut agréable.

Le mystère qui ouvre le récit policier a de quoi laisser perplexe, parce que contraire à tout ce à quoi l’on s’attend si l’on connait un peu (juste un peu) la Franc-Maçonnerie. Mais je saute une étape, parce que je n’ai pas parlé du tout début de l’oeuvre, qui nous plonge dans le passé, un passé sombre. Les personnages que nous rencontrerons n’auront qu’une envie : s’unir, pour que ce qui s’est passé n’arrive plus jamais. Cette union sera forte, comme nous le montrera le développement de l’enquête – tout comme étaient forts le caractère de certains, et fort courageux.

Les six victimes l’étaient aussi, et elles ont payé de leur vie leur attachement à leurs convictions. Et des personnes de convictions, le commandant Gerfaut et sa coéquipière Adriana le sont également. Ils sont même très attachants, même si le mot peut sembler étonnant en parlant de Gerfaut. Je me demande même comment son supérieur tient le choc. Lui aussi se le demande peut-être ! Adriana est elle aussi fortement caractérisée, il ne s’agit pas d’une faible femme, d’une policière falote qui suivrait son chef sans mot dire ou dont la vie personnelle compliquée remplirait des chapitres entiers. Tous les deux sont parfaitement complémentaires, d’où leur entente et leur force. Ils accueillent Paul, un transfuge qui, à mon humble avis, restera sans doute dans les enquêtes suivantes.

En lisant le livre, j’ai pensé à des films, parce que l’écriture est très visuelle et que les péripéties s’enchaînent sans temps mort. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas un temps pour l’explication des actes que certains ont été amenés à commettre. Eh oui, certains cherchent encore à accomplir des rêves moisis. Impossible, impensable ? Cela fait des dizaines d’années que l’on nous répète d’être vigilants, que ce qui s’est passé il n’y as pas si longtemps à l’échelle humaine pourrait recommencer, que des situations devraient nous alerter, devraient nous dire de lutter contre « la bête immonde ».  Alors… ce qui nous est raconté dans le mystère Lux & Umbra est malheureusement possible, et effrayant à la fois.