Tempête d’une nuit d’été de Meg Rosoff

Présentation de l’éditeur :

Une famille dans une maison à quelques mètres de la plage. Des vacances joyeuses et insouciantes… jusqu’à l’arrivée de Kit Godden. Ce garçon, c’est le parfait amour d’été : il est beau, drôle, magnétique. Mais ceux qui s’approchent du lumineux Kit Godden sont condamnés à s’y brûler les ailes. Et tous ou presque, dans cette famille, seront irrésistiblement charmés.

Merci à Netgalley et aux éditions Rageot pour leur confiance.

Mon avis :

Comme cela m’arrive souvent, c’est la couverture de ce roman qui m’a attiré. Puis, je me suis attardée sur le titre, qui fait nécessairement penser à Shakespeare, dont il sera beaucoup question dans ce livre. Sa lecture m’a fait penser à d’autres oeuvres encore, et c’est peut-être ceci le problème. J’ai eu beaucoup de références en tête, et je me suis peu attachée aux personnages.

Nous sommes en effet dans un roman familial. Tous les ans, ils se rendent dans cette maison, qui leur appartient depuis des générations – ils font l’impasse sur les vingt ans pendant lesquels elle a appartenu à quelqu’un d’autres, faute de moyens. Une famille, quatre enfants, trois filles et un garçon, Alex, le petit dernier. Non loin, vit Hope, leur cousine, avec son compagnon, Mal, acteur et son basset Gomez. Tout reste en famille, puisque Florence, une célèbre actrice – ou  une actrice qui a été célèbre, est la marraine de Hope, et lui demande d’héberger ses deux fils, le très discret Hugo, et Kit.

Je ne couvrirai pas ce personnage de qualificatif, parce que je pense que tous ceux qui liront ce roman le feront, comme le fait la narratrice, comme le font son frère, ou sa mère. Kit est réactif chimique qui entre en action dès qu’il rencontre un composant avec lequel il peut interagir. Ce sera d’abord Mattie, la plus jolie soeur de la fratrie. Puis d’autres. Tamsin est immunisée – Kit n’est pas un cheval.

Je me suis sentie très extérieure à ce qui se passait, sans doute parce que la narratrice reste très extérieure à ce qui se passe. Elle observe, elle sait, déjà, les conséquences de certains faits. Pour d’autres, elle n’est sensible qu’aux apparences, comme si elle voulait ne se mêler de rien, être simplement un témoin alors que Mattie apparaîtra à la fin du récit comme curieusement lucide, quoi que pouvait en penser la narratrice.

Un regret ? Même si ce n’est pas le sujet du roman, je me suis demandé comment il était possible de communiquer si peu, de maintenir si peu de liens entre des personnes qui pourtant, se connaissent et se côtoient depuis des années. Si je dois vraiment cerner le sujet, il s’agit plutôt des personnalités toxiques capables de vampiriser les autres sans que ceux-ci n’offrent de réelles résistances. Est-ce seulement dû à la langueur de l’été ? Je ne crois pas.

Un roman curieux et étrange, où les silences comptent parfois plus que les mots.

Une réflexion sur “Tempête d’une nuit d’été de Meg Rosoff

  1. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #10 [Bilan final] – Muti et ses livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.