Negra Soledad de Ramon Diaz-Eterovic

Présentation de l’éditeur :

Heredia, le détective privé des quartiers populaires de Santiago, vient de se décider à mettre fin à sa solitude de célibataire : il va enfin se marier – à reculons. C’est alors qu’Alfredo, son ami avocat, est retrouvé mort. Depuis peu, il avait été engagé par les habitants d’un village du nord du Chili, aux prises avec une exploitation minière polluante bien décidée à exproprier tout le monde. Entouré de ses complices de toujours, Simenon, son chat et confident, Anselmo, le kiosquier turfiste, et la commissaire Doris qui aimerait tant trouver une place auprès de lui, Heredia découvre l’ampleur des problèmes environnementaux au Chili, et leurs dénouements souvent tragiques : soif de lucre des entreprises, contamination des sols, indulgence coupable des autorités, spoliation des paysans. Heredia, c’est l’âme nostalgique d’un Santiago qui n’existe plus, les rêves brisés d’une génération sacrifiée, mais c’est aussi l’histoire chilienne revue et corrigée par un justicier mélancolique et intègre. Et toujours aussi allergique aux ordinateurs…

Mon avis :

Livre acquis pendant le confinement de l’année dernière et lu aujourd’hui.
Heredia est un détective que j’ai découvert par cette enquête, et que j’aurai aimé relire rapidement, si ce n’est que je n’ai trouvé aucun des livres de Ramon Diaz-Eterovic dans les trois librairies que j’ai parcourus samedi dernier. Il vit seul avec Simenon, son chat, avec lequel il entretient un dialogue nourri et désabusé. Sa vie sentimentale ? Des femmes ont marqué sa vie, dont Griseta, dont il se souvient encore avec nostalgie, bien qu’il ait tourné la page. Doris, commissaire de police, attend toujours qu’il réponde à sa proposition – et lui de réfléchir, d’hésiter, parce que franchir ce pas, c’est changer radicalement sa façon de vivre, même s’il ne s’agit ni pour lui ni pour Doris de se jurer de rester ensemble « pour la vie ». Non, il s’agit de rester ensemble jusqu’à ce que leur union ne tienne plus, jusqu’à ce qu’ils se soient lassés l’un de l’autre. Programme courageux s’il en est.
Ce qu’Heredia n’avait pas prévu, c’est qu’Alfredo Razetti, son ami avocat, serait assassiné. L’enquête piétine, faute de piste. Heredia n’a pas l’intention de laisser la mort de son ami impuni, et pour cela, il prendra des risques, remuera non seulement la boue, mais aussi les alliances magouilleuses nouées dans l’ombre entre dirigeants bon teint et malfrats. Trouver qui a assassiné et commandité l’assassinat de son ami prendra du temps. De même, il n’est pas question pour Heredia de laisser de côté ceux pour qui son ami enquêtait, ceux pour qui il avait pris des risques, ces modestes villageois dont les terres sont polluées, spoliées, sans scrupules, mais avec des méthodes à la fois musclées et insidieuses.
Il existe encore des êtres intègres, qu’ils soient kiosquier, avocat, détective ou policier. Je dis « êtres » parce que le mot recouvre à la fois les hommes et les femmes. Doris, l’éternelle fiancée d’Heredia, ni Adriana, qui le loge pendant ses pérégrinations, ne déméritent, prenant des risques pour que la justice puisse être rendue.

Negra Soledad – un roman qui n’a pas peur de se confronter à la noirceur humaine.

19 réflexions sur “Negra Soledad de Ramon Diaz-Eterovic

  1. On a dû le lire en même temps ! La chronique est faite mais sera publiée dans les prochains jours, je vais même devoir publier 2 par jour…

    J’ai aimé le roman, sauf le coup de pu** que l’auteur nous fait sur la fin. Il n’apporte rien et putain, ça m’a fait mal !!! 😥

    • Oui, sûrement ! Je n’ai que cinq chroniques publiés à ce jour, alors que j’ai encore beaucoup de livres qui attendent.
      Je confirme pour moi aussi – ainsi que le fait qu’il n’apporte rien.

          • Cela fait 2,5 jours que j’ai mal à la gorge et j’ai zéro énergie, mais j’avais bien bossé donc, il me reste 2 trous à boucher et le mois de mai est rempli de chroniques… ce sera des bédés sans doute, ou un court roman… sinon, je vais déborder, déjà que tu auras un billet le 1er juin pour la fête des drogués et le départ du mois anglais 😆

            • J’ai zéro énergie depuis le début de la semaine, et l’oral du brevet blanc mercredi m’a achevé. Et l’organisatrice n’a même pas envie de lire espagnol ou sud-américain…. Un comble !

              • Ouh purée ! Je vais un peu mieux depuis ce matin, mais je ne demanderai pas où l’on danse ce soir, rien que d’étendre ma lessive m’a lessivé l’énergie un peu retrouvée ! :/

                Bon, tout compte fait, ce sera 31 fiches que j’aurai faites pour ton mois 😆

              • J’aillais un peu mieux hier mais ce matin, pas glorieux glorieux ! Je me suis endormie dans le divan durant 2h pour le plus grand plaisir du chat qui a roupillé à mes côtés :p

  2. Pingback: Le mois espagnol et sud-américain 2021, c’est parti ! | deslivresetsharon

  3. Pingback: Objectif pal de mai ~ le bilan – Les lectures d'Antigone

  4. Pingback: Bilan du mois espagnol 2021 | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.