Un rendez-vous inattendue de Claudie Poirier

Présentation de l’éditeur :
L’Italie des années soixante invente la Dolce Vita et cicatrise doucement de la guerre. À Fiesole, sur les hauteurs de Florence, Giuseppina dont le quotidien est rythmé par la vie du Borgunto, quartier pauvre où sont logées les familles des carriers qui travaillent à la Pietra Serena, s’ennuie. Elle a quarante ans, peu de rêves et peu de vie. Giuseppina que l’on surnomme volontiers la grosse Beppa, non par mépris mais par admiration pour ses formes avantageuses, va découvrir brutalement que la morale ne constitue pas une feuille de route. Que vivre implique des forces bien plus fertiles et des engagements bien plus authentiques. Dans les parfums de la Toscane, dans le quotidien bruyant de son quartier, sous la touffeur des nuits étoilées, une route va pourtant s’ouvrir.

Merci aux éditions Librinova et à Netgalley pour ce partenariat.

Mon avis :

La lecture de ce roman a été pour moi une belle surprise. Il m’a transportée dans l’Italie d’après-guerre, l’Italie qui se relève à peine de ce qu’elle a vécue. L’héroïne, c’est Giuseppina, dite Beppa. Elle a la quarantaine, et elle n’attend plus grand chose de la vie. Elle est mariée, depuis longtemps, avec Ernesto. Il est carrier, il travaille à la Pietra Serena, et fait presque toujours un détour, le soir, par le café du village, quand il ne fait pas, mais c’est rare, c’est.. plus discret, un détour pour voir une autre femme. Beppa et Ernesto font presque partie des familles aisées du quartier de Borgunto : une paye pour deux suffit pour bien vivre, Beppa et Ernesto n’ayant jamais réussi à avoir un enfant, à leur grand regret. Pour tromper son ennui, Beppa s’occupe de tous les enfants du voisinage qui ont besoin de ses soins, il est tant de femmes débordées par leur (trop) nombreuse progéniture.
Non loin de là vit Ilario et sa femme Margherita. Il est chirurgien. Tous les jours, il se rend à Florence pour opérer. Sa femme s’ennuie. Elle s’ennuie de Rome, dont elle est originaire, elle s’ennuie parce qu’elle n’a pas de vie sociale, elle s’ennuie aussi parce qu’elle sent l’hostilité des villageoises, qui n’ont aucune envie de converser avec cette femme qui vit sa vie si éloignée de la leur. Elle décide donc de passer quelques jours à Rome, jours qui se transforme en semaines, et son mari, qui n’a jamais eu à gérer quoi que ce soit dans sa maison, se retrouve à chercher une femme de ménage. Beppa se retrouve alors à travailler pour lui.
Oui, c’est une rencontre entre deux personnes que tout oppose, ou presque. Dans un petit village, tout se sait, et ce que l’on ne sait pas, on peut le deviner, le supputer, l’inventer éventuellement, spécialement quand il est des choses inattendues qui se passent là, juste sous les yeux des habitant(e)s.
Je crois que le personnage qui m’a le plus marqué est Irena, qui pourtant n’est plus, Irena, tuée par les fascistes, à qui Beppa rend visite régulièrement, raconte les derniers potins du village, lui confiant aussi ce qu’elle ressent et qu’elle ne peut confier à personne, Irena, qui était sa seule véritable amie d’enfance, elles que leurs parents avaient envoyé dans un petit village pour les protéger de la guerre.
Un premier roman à découvrir.

2 réflexions sur “Un rendez-vous inattendue de Claudie Poirier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.