L’appel du cacatoès noir de John Danalis

Présentation de l’éditeur :

John Danalis a grandi avec un crâne aborigène dans son salon. C’est seulement à 40 ans qu’il comprend l’horreur de la situation. Emporté par l’élan de sa prise de conscience, John décide de tout mettre en oeuvre pour restituer Mary – puisque c’est ainsi que le crâne a été affectueusement renommé – à son peuple. Pour cela, il va devoir déconstruire ses préjugés d’homme blanc sur la culture aborigène et se plonger dans l’histoire ancienne de l’Australie. Commence alors une quête qui va entrainer des rencontres extraordinaires et une profonde révolution dans la manière dont John et sa famille envisagent la vie et leur rapport aux autres.

Merci à Babelio et aux éditions Marchialy pour ce partenariat.

Mon avis :
« De quelle justification as-tu besoin ? Il n’est pas à vous. Ce que ta famille a fait est mal » […] « Tu pourrais parler de la dignité des morts – regarde la quantité d’efforts que vous autres blancs déployez pour retrouver et rapatrier les soldats tombés sur les différents champs de bataille. C’est pareil« .
J’ai voulu commencer ma chronique en présentant cet état d’esprit : on fait tout ce qui est possible pour rapatrier dans son pays d’origine les restes des soldats morts au combat loin de chez eux. On laisse les restes des aborigènes dans des caisses, dans des musées. Au mieux. Je vous laisse imaginer le pire.
Le pire, il est peut-être ici, finalement. John Danalis a grandi avec un crâne aborigène sur l’une des étagères du salon familial sans que cela ne dérange un seul des membres de sa famille. Pourquoi cela les auraient-ils questionné ? C’était un souvenir, un parmi d’autres, ramené par le père, vétérinaire, lors d’une de ses tournées dans le bush. Il a fallu attendre ce que je qualifierai de « crise de la quarantaine », de « remise en question » pour qu’un jour, John formule à haute voix, pendant un cours (il a repris ses études pour devenir enseignant) ce fait et, tout en parlant, tout en se confrontant au regard des autres, prenne enfin conscience de l’énormité de ce fait. Le récit autobiographique qui commence alors nous montrera comment il va restituer le crâne à son peuple.
Ce n’est bien sûr pas si simple. John Danalis découvre alors ce que lui et des milliers (des millions ?) d’australiens ignorent : l’existence de nombreuses tribus aborigènes, leur organisation, leurs différents territoires, ou plutôt, territoires qu’ils devraient avoir si les terres leur appartenaient. C’est tout un ensemble de préjugés que John doit combattre en lui-même, et les clichés ont la vie dure. John doit se battre contre l’administration, aussi : à quoi bon rendre un crâne à son peuple ? « Pourquoi s’en soucier ? » comme le demande un journaliste. Il doit également, avant toute chose, demander à son père son accord pour rendre ce crâne – et ce n’était pas forcément pour ce quadragénaire la partie la plus facile.
L’écriture de ce livre apparaît alors comme un moyen de partager, de faire voyager Mary (nom que les Danalis avaient donné au crâne, et tant pis s’il s’est avéré que c’était celui d’un homme) grâce aux mots.
 

6 réflexions sur “L’appel du cacatoès noir de John Danalis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.