l’auberge de l’ange-gardien de la comtesse de Ségur

Mon avis :

Je pourrai commencer mon avis par cette phrase-cliché : nous avons tous lu les oeuvres de la comtesse de Ségur quand nous étions enfants. Eh bien, non. Ma mère n’aimait pas ces livres, en ce qui concerne les mémoires d’un âne, j’en avais un vrai, donc pas besoin de lire l’histoire d’un autre. J’ai bien lu Après la pluie, le beau temps, parce que le livre m’avait été offert à l’école primaire – et j’avais sauté beaucoup de passages, parce que je n’aimais que la fin, quand la situation s’arrange enfin, même si l’ensemble était très moralisateur.
Alors, l’auberge de l’ange-gardien ? C’est avant tout pour moi le reflet d’une époque, celle où des enfants pouvaient se retrouver livrer à eux-mêmes, et dépendre de la charité d’autrui. Je commenserai par Torchonnet : il a été enlevé par une mendiante, c’est à dire qu’elle l’a pris à une famille qui ne s’est pas soucié de lui, elle avait trop d’enfants, alors un de moins… A la mort de la mendiante, Torchonnet est embauché par un aubergiste qui n’aura de cesse de le maltraiter. IL faudra beaucoup d’heureuses coïncidences pour qu’il soit sorti de là, recueilli par le prêtre du village qui le baptise et lui donne ainsi un nom et un prénom. Oui, à l’époque, un enfant pouvait ne pas avoir de nom, de prénom. Dans mon arbre généalogique, j’ai trouvé une Louise. Louise, sans nom de famille. Parce que ceux qui l’ont trouvé et celui qui a noté tout cela à l’état civil à l’hospice de Paris ne lui ont pas donné de noms. Elle a vécu, me dira-t-on, c’est déjà ça, si ce n’est que, quand à son tour elle est devenue mère – et que le père de son enfant n’a pas jugé utile de reconnaître celui-ci, il a bien fallu trouver un nom de famille pour le petit. L’officier de l’état civil, inventif, lui a donné pour nom de famille le prénom de sa mère.
Pour Jacques et Paul, c’est … mieux. Leur mère est morte, leur père a été emmené par les gendarmes, et personne ne s’est soucié du devenir des deux enfants. Ils auraient pu mourir de froid, de faim, s’ils n’avaient été recueilli par une bonne âme et emmené à l’auberge de l’ange-gardien. Oui, la religion et surtout la pratique régulière de la prière sont omniprésents dans ce roman. Prier est une nécessité.
Alors, oui, tout finira par s’arranger, plus ou moins. Les gentils seront récompensés, les méchants seront punis – ne comptons pas sur l’indulgence du jury, de l’autrice, la décapitation ou la prison à vie sont les seuls châtiments possibles pour une tentative d’assassinat.
Au fond de l’intrigue, nous trouvons aussi la guerre, ou plutôt les guerres de cette époque, omniprésentes, le tirage au sort, cette ancêtre injuste du service militaire (et je ne suis pas partisane du service militaire non plus). Des guerres oubliées, des guerres qui causèrent pourtant des désastres dans nos campagnes dans lesquelles il n’y avait pas encore de monuments pour graver, pour l’éternité, le nom des enfants de la commune mort pour la France.

5 réflexions sur “l’auberge de l’ange-gardien de la comtesse de Ségur

  1. J’ai lu et relu les oeuvres de la Comtesse de Ségur lorsque j’étais enfant. Je pense que je devrais les relire, je suis sûre que j’y verrai, comme toi avec ce roman, un autre message.

  2. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #10 [Bilan final] – Muti et ses livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.