Une évidence trompeuse de Craig Johnson

édition Gallmeister – 416 pages

Présentation de l’éditeur :

Un accident apparemment banal, en marge d’un rassemblement de motards dans le Wyoming, laisse un jeune homme entre la vie et la mort. Mais l’affaire semble partir en roue libre pour Walt Longmire et Henry Standing Bear, appelés sur les lieux, tant le gang de motards auquel appartenait le jeune homme se fait menaçant. Pour ne rien arranger, la mère de la victime, l’extravagante Lola, n’est autre qu’une ex-petite amie de Henry et garde un ascendant certain sur lui. Dans la confusion qui s’ensuit, Walt et Henry, aidés par Vic, se raccrochent aux faits indubitables. Mais un témoignage qui paraît vrai ne l’est pas forcément, car comme le dit si bien Sherlock Holmes “il n’y a rien de plus trompeur qu’une évidence”.

Mon avis :

Lire un roman de Craig Johnson,  c’est la certitude de retrouver des personnages que l’on connaît bien, et qui ne nous décevront pas. Si certains se souviennent encore de l’enquête précédente et de son slogan « Sauvez Jen », cela assoit la popularité du shérif presque malgré lui. Pourtant, ce récit aurait dû être presque reposant pour Walt : n’accompagne-t-il pas son ami Henry Standing Bear à une course de moto très populaire, course à laquelle Henry s’obstine à participer depuis des années ? Seulement voilà, un jeune motard a eu un accident peu avant leur arrivée, accident qui n’en est sans doute pas un, et Walt est sollicité pour enquêter. Le jeune motard est en effet le fils d’une certaine Lola. Oui, LA Lola à cause de laquelle la Thunderbird bleu ciel de l’Ours, et la petite-fille de Walt par ricochet, s’appellent Lola. Enfin nous la rencontrons, pourrait-on dire, femme fatale, égérie des motards, tenant à ce que Walt et Henry Standing Bear lui apportent leur aide. Et qui leur apportera de l’aide, à eux ? Et bien Vic ! Sans oublier Cody, même à distance.
Une évidence trompeuse est une immersion dans le milieu des motards, mais aussi un éclairage sur le passé d’Henry. il est aussi un appel à considérer, reconsidérer tout ce qui peut semble trop évident, ou pas assez. Il apparaît presque comme une pause dans les enquêtes de Walt, loin de son comté d’Absaroka. Je me demande ce qu’il en sera de sa prochaine enquête.

2 réflexions sur “Une évidence trompeuse de Craig Johnson

  1. Pingback: Mois du polar 2021 | deslivresetsharon

  2. Pingback: Bilan du mois du polar 2021 | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.