Fonteclose : Le Trésor de Charette de Vanessa Pontet

édition Slalom – 304 pages.

Présentation de l’éditeur :

Déménager dans un château perdu en Vendée ? Voilà bien une idée grotesque comme peuvent en avoir les parents… Lucie et Victor quittent leurs copains, le cœur lourd, mais vont bientôt rencontrer de mystérieux colocataires et chercher à découvrir en leur compagnie un secret farouchement gardé depuis plusieurs siècles.
Au XXIe siècle, Fonteclose, le manoir du Général Charette, est racheté par un couple de restaurateurs parisiens et leurs enfants. Mais la demeure est déjà  » habitée « . Depuis la Révolution française et la révolte des Vendéens, le Comte Erwan de Parenssay et sa famille sont prisonniers du domaine. Trois siècles pendant lesquels ils ont veillé sur le trésor de Charette, le plus célèbre de Vendée. Des caisses d’or que beaucoup cherchent encore.
Mais cette fois, impossible pour le vieux Comte de faire fuir les nouveaux propriétaires du manoir !
Le pouvoir des ondes a changé la donne…  » Éternels  » et  » Intrus  » doivent vivre ensemble et mener l’enquête sous l’œil vigilant du Général !

Merci à Netgalley et aux éditions Slalom pour ce partenariat.

Mon avis :

J’aime les fantômes et j’aime les histoires avec des fantômes, surtout quand elles jouent avec les codes du genre, comme ici. Je n’aime pas les récits qui utilisent les fantômes uniquement de manière décorative, leur ôtant toute substance (facile, me direz-vous) ou en faisant uniquement des personnages méchants et sujets à caution.
Pourtant, tout commençait de manière presque classique : un couple, bien décidé à se mettre au vert avec ses enfants, bien décidé surtout à accomplir son rêve, achète un château pour le transformer en hôtel-restaurant. Il faut dire que le château n’a pas trouvé beaucoup d’acheteur, il est hanté. Marie, la mère, ne croit pas du tout aux fantômes, et il est hors de question pour elle de se laisser abattre par une rumeur, fût-elle vielle de plus de deux siècles ! Bien sûr, ce n’est pas une rumeur, une famille de fantôme vit bien dans le château, et entend bien délogé les intrus.
Nous aurions pu alors avoir une histoire classique – ou comment les fantômes parviennent à chasser la famille. En deux cents ans de mort, ils sont rodés, si j’ose dire, et maîtrisent toutes les techniques pour faire fuir les nouveaux propriétaires – oui, difficile de se dire que « son » château appartient désormais à quelqu’un d’autres. Ce n’est pas si simple, et heureusement, ai-je envie de dire. d’abord, parce que l’autrice utilise judicieusement les nouvelles technologies dans la construction de ses personnages et de son récit. Ensuite, les intrus et la famille du comte de Parenssay ont beaucoup de choses à se dire, et des intérêts en commun. Les fantômes ont beaucoup à apprendre des vivants, qui pourraient bien leur apporter leur aide. Etre fantôme, quand on aspire au repos n’est pas une sinécure.
Je n’oublie pas non plus le contexte historique : la Révolution française, les guerres de Vendée m’ont passionnée et me passionnent toujours. J’ai aimé trouver, dans un roman de littérature jeunesse, la figure de Charette et celle de La Rochejaquelein, ainsi que leurs devises. J’ai aimé aussi, même si cela peut sembler paradoxale, que l’on se souvienne de ce que les français ont pu faire aux français. Si les Parenssay sont devenus des fantômes, c’est aussi parce que toute la famille, enfants compris, a été massacrée.
Le Trésor de Charette est un roman historique, fantastique, rempli de trouvailles et d’humour.

5 réflexions sur “Fonteclose : Le Trésor de Charette de Vanessa Pontet

  1. Je ne connais que peu de choses à la révolution française, mais je sais qu’on n’est jamais aussi bien tué (ou trahi) que par les siens… :/

    Je note, merde à ma PAL ! J’aime les fantômes et ton histoire me fait penser à celle de Wilde avec le fantôme de Canterville.

      • Heu, je ne sais plus grand-chose de notre histoire, mais contrairement à nos ministres, je sais pourquoi la fête nationale est le 21 juillet et à quoi correspond cette date ! Aucun enfoirés n’a été capable de dire que c’était la prestation de serment de Léopold Ier, roi des belges ! Notre premier de l’époque à même chanté la marseillaise quand on lui a demandé la brabançonne 😆

        Bon ben c’est pas tout ça, j’ai noté ton livre !

  2. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #10 [Bilan 5 ] – Muti et ses livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.