Higgins n°38 – L’ennemi invisible par Christian Jacq

Présentation de l’éditeur :

Au pays de Galles, dans un laboratoire ultra-sensible, on recherche un vaccin universel en utilisant des virus hautement contagieux. Or un laborantin – employé parallèlement par le MI5, les services secrets britanniques – est convaincu qu’un savant fou s’apprête à dérober des éprouvettes contenant les virus. S’il les répand dans la nature, une pandémie tuera des millions de gens ! Problème : l’agent du MI5 est rapidement assassiné. Une taupe se terre forcément dans le laboratoire. Parmi les suspects possibles : un Américain, un Chinois, un Russe, un Français, un Allemand et une Indienne. Dans ce petit comité se cache un monstre que l’ex-inspecteur Higgins doit identifier au plus vite…

Merci aux éditions Xo et à Netgalley pour ce partenariat.

Mon avis :

L’ennemi invisible est la 38e enquête de l’ex-inspecteur Higgins, et c’est la première que je lis. Je le dis d’entrée de jeu, je ne pense pas que j’en lirai une autre. J’aime découvrir de nouveaux romans policiers, ce qui ne me force pas à persévérer quand le plat servi ne me convient pas totalement.
Si je commence par parler de « plats », c’est parce que j’ai eu l’impression que la nourriture et la boisson prenaient une place extrêmement importante dans l’intrigue. Nous avons le détail de chacun des mets qui constituent les repas de l’ex-inspecteur. Je suis très heureuse pour lui qu’il ait une excellente cuisinière, que certains suspects l’invitent à déjeuner avec lui (et il faudrait vraiment revoir la définition d’en-cas), pour ma part, j’ai surtout trouvé que cela ralentissait le déroulement de l’intrigue, qui était déjà relativement lente.
Si l’actualité s’est invitée dans ce roman, avec des allusions nombreuses à la Covid-19, la construction du récit est presque désuète : Higgins, après avoir été convié à enquêter, lui qui a démissionné de la police, interroge un à un les suspects et prend des notes sur son carnet. Nous n’en saurons pas plus que ce que veulent bien lui dire chacun des scientifiques qu’il interroge. Il faut du temps pour que les suspects soient mis face à leurs incohérences.
Quel est-il, cet ennemi invisible qui donne son nom à l’enquête ? Quel est le scientifique qui a dérobé des virus ? Nous revenons au mythe du « savant fou », si ce n’est que cette folie est guidée avant tout par l’argent et le pouvoir. Comme autres traces du Covid, se trouvent le confinement, bien pratique pour garder tous les suspects sous contrôle, et le port du masque, que chaque scientifique commente allégrement.
L’ennemi invisible développe des thèmes contemporains tout en utilisant une construction surannée.

13 réflexions sur “Higgins n°38 – L’ennemi invisible par Christian Jacq

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.