Nickel boys de Colson Whitehead

Présentation de l’éditeur :

Dans la Floride ségrégationniste des années 1960, le jeune Elwood Curtis prend très à cœur le message de paix de Martin Luther King. Prêt à intégrer l’université pour y faire de brillantes études, il voit s’évanouir ses rêves d’avenir lorsque, à la suite d’une erreur judiciaire, on l’envoie à la Nickel Academy, une maison de correction qui s’engage à faire des délinquants des « hommes honnêtes et honorables ». Sauf qu’il s’agit en réalité d’un endroit cauchemardesque, où les pensionnaires sont soumis aux pires sévices. Elwood trouve toutefois un allié précieux en la personne de Turner, avec qui il se lie d’amitié. Mais l’idéalisme de l’un et le scepticisme de l’autre auront des conséquences déchirantes.

Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Albin Michel et Francis Geffard pour l’envoi de ce livre, que j’ai mis un temps fou à chroniquer, d’un confinement à l’autre.
Pour ce livre, commençons par la fin, commençons par l’épilogue que j’ai lu deux fois, pour être sûre de moi, pour être sûre de l’impact ressenti, de l’émotion éprouvée. Je le dis souvent, pour les grincheux, ceux qui pinaillent et cherchent LE détail qui leur aura déplu : attachez vous plutôt à ce qui a été sublime dans une oeuvre, à ce qui a été bouleversant. Si une oeuvre contient des pages qui sortent de l’ordinaire, du moyen, et vous tire vers le haut, alors cette oeuvre a atteint son but.
Ce n’est pas que l’on oublie, c’est plutôt que l’on ne sait pas ou que l’on cache. Le roman débute quasiment dans le présent, et il nous renvoie à la Floride des années 60. La Floride, cet état qui fait rêver de nombreuses personnes, symboles d’une retraite dorée au soleil. La Floride, c’est aussi et surtout un état du Sud, où la Ségrégation existe bel et bien. Alors, être un adolescent noir, c’est tâcher de se faire une place dans la société, une place que la société vous refuse de toute façon – parce que vous êtes noir. Etre victime d’une erreur judiciaire est impossible – vous êtes noir, les erreurs judiciaires ne sont pas possibles.
Et vous êtes alors envoyés dans une maison de correction, un endroit où l’on fera de vous un homme honnête. Les méthodes ? Les mauvais traitements, les sévices, la torture, le viol. Le meurtre. Si ces méthodes n’ont jamais corrigé personne, elles réduisent au silence ceux que l’on estime « poser problèmes ». Parce qu’ils ont commis des délits mineurs. Parce qu’ils sont orphelins et parce que l’Etat ne sait pas quoi faire d’eux. Parce qu’ils sont noirs.
L’espoir ? Il s’en va, insidieusement, au fil des pages, et même ceux qui ont quitté Nickel ne le quitteront jamais tout à fait.
Nickel boys – une oeuvre forte, définitivement.

2 réflexions sur “Nickel boys de Colson Whitehead

  1. La fin m’a laissé comme deux ronds de flan… waw, le tacle ! Excellent roman, qui n’est jamais larmoyant ou violent gratuitement. C’est bien pire quand c’est insinué et qu’on te laisse deviner les horreurs qu’il se passe dans la petite maison qui n’est pas dans la prairie… :/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.