Dans la vallee de l’ombre de la mort de Kirk Mitchell

Présentation de l’éditeur :

Au beau milieu du carnage de la Guerre de Sécession, un tueur s’attaque à des femmes Dunkers, ces Baptistes allemands qui refusent de porter les armes pour l’un ou l’autre camp. Le colonel Simon Wolf, Juif Sudiste engagé dans l’armée du Nord, va traquer le meurtrier jusqu’au bout dans ce gâchis absurde où l’on entasse bras et jambes coupés dans un chariot et où le typhus finit le travail commencé par les armes parce qu’on a installé les latrines de l’hôpital près de la seule source disponible.

Mon avis :

Ce roman était depuis très longtemps dans ma PAL – trop longtemps. Dans la vallée de l’ombre de la mort a un titre magnifique, et c’est un roman historique passionnant. il se déroule pendant la guerre de Sécession et nous suivons le colonel Simon Wolf. Il est juif, il est chirurgien, il est engagé auprès de l’armée unioniste alors qu’il est originaire du Sud. Au cours d’une bataille – une parmi tant d’autres qui déchireront cette guerre – il est gravement blessé et est amputé du bras droit. S’il ne peut plus opérer, il peut quand même soigner, et reste dans l’armée. Il se retrouve mêler à une affaire de meurtres, affaire dans laquelle il est quasiment le seul à vouloir faire toute la vérité.

Est-ce un roman policier ? Non, pas tant que cela. Il s’agit plutôt d’une plongée dans la folie des hommes. Les règles de la guerre ? Tuer, même un ennemi désarmé. Les généraux ? Assoiffés de sang. Le personnage que j’ai trouvé le plus sympathique – en dehors de Simon, qui fait ce qu’il peut, y compris mettre sa vie en jeu, pour sauver autrui – est Mosby, militaire confédéré, plus respectueux de la vie humaine que Custer ou Sheridan. J’ai été soulagée, en faisant des recherches, de découvrir qu’il avait survécu à cette guerre. Quant à Custer, il n’en est ici qu’à ses premiers faits d’armes – malheureusement.

Les victimes sur lesquelles Simon Wolf enquête ? Ce sont des dunkers, des fermiers d’origine allemandes profondément pacifistes : ils refusent de porter les armes pour l’un ou l’autre camp. Nous faisons une plongée dans leur monde, à travers les yeux de Rebekka, une jeune veuve, mère d’un nourrisson, Hannes. Alors oui, leur mode de vie peut paraître très strict, cependant, leur pacifisme, leur absence de cupidité me les rendent sympathiques. Simon Wolf a bien du courage de s’obstiner à soigner, à enquêter, étant donné les moyens de l’époque, et quelques aberrations en prime.

Un superbe roman.

6 réflexions sur “Dans la vallee de l’ombre de la mort de Kirk Mitchell

  1. Pingback: Objectif pal de novembre ~ le bilan – Les lectures d'Antigone

  2. Pingback: Dans la vallée de l’ombre de la mort : Kirk Mitchell | The Cannibal Lecteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.