Archive | 8 novembre 2020

Tombes Oubliées par Lincoln Child & Douglas Preston

Présentation de l’éditeur :

Nora Kelly, de l’Institut archéologique de Santa Fe, est approchée par l’historien Clive Benton pour localiser le Campement perdu de l’expédition Donner, introuvable depuis 1847, afin d’y effectuer des recherches historiques… et mettre la main sur un trésor.
Benton a en effet trouvé le journal d’une victime de l’expédition, au cours de laquelle des pionniers, coincés par une tempête de neige dans la Sierra Nevada, n’ont eu d’autre choix que de s’entredévorer pour survivre…
Mais, outre de vieux ossements et quelques pièces d’or, ce qu’ils vont découvrir va faire grimper la température de plusieurs degrés. D’autant que la jeune agente du FBI Corrie Swanson, qui a rejoint Nora et son équipe, leur apprend que les fouilles en cours ont un lien avec des exactions commises de nos jours…
Dans le premier volet de cette nouvelle série, Preston & Child braquent le projecteur sur deux femmes, déjà croisées dans certaines des enquêtes de l’inspecteur Pendergast, du FBI, leur personnage fétiche

Mon avis :

Je tiens à préciser que j’ai eu la chance de lire ce livre en avant-première, alors qu’il n’était pas question de reconfinement, et, qu’hélas, ce livre paraîtra en plein reconfinement. Ou après. Je poste malgré tout mon avis, parce qu’il est important de lire et de partager.
Tout d’abord, j’ai aimé retrouvé Corrie Swanson, que j’ai découvert au fin fond du Kansas dans les croassements de la nuit. Je suis surtout heureuse de voir que les deux auteurs ont su développer leur personnage – devenue la collègue de Pendergast. Elle se voit attribuer sa première mission !
De son côté, Nora (qui connait aussi Pendergast, le monde est petit), est elle aussi plongée dans une nouvelle mission, d’un tout autre genre : localiser le Campement perdu, qui n’a pas été localisé depuis 1847. S’il y a peu de chance qu’il reste des témoins de cette époque, en revanche, le journal d’une des membres de l’expédition vient d’être retrouvé, et se trouve riche en enseignements. Soyons clair : ce n’est pas pour l’enseignement que la directrice de l’Institut archéologique de Santa Fe donne son feu vert pour avancer des capitaux en vu de retrouver le campement. L’histoire des pionniers américains, c’est bien. Retrouver leur or, c’est mieux.
Ce n’est pas exactement la petite maison dans la prairie qui nous attend à la lecture de ce roman. Les pionniers n’ont pas hésité à pratiquer le cannibalisme pour survivre. Ou plutôt pour tenter de survivre – quand on en arrive à cette extrémité, c’est que, déjà, plus grand chose ne va dans la caboche. Le récit est d’autant plus horrible qu’il a donné naissance à des légendes, qui, comme toute légende, sont basées sur des faits réels : Samantha, six ans pour toujours, chercherait sa jambe, qui a été prélevée sur son cadavre, pour être mangé. Bien que morte depuis cent cinquante ans, Samantha est un personnage essentiel de l’intrigue, qui révèle l’humanité des personnages – ou son absence. Oui, contrairement à ce que certains journaleux écrivent, chacun a droit de reposer en paix.
Même si certains faits sont sanglants, ils sont cependant très crédibles, et montrent une autre facette de la Conquête de l’ouest. Ce qui est toujours d’actualité, malheureusement, c’est la soif de l’or, que rien ne semble pouvoir désaltérer. J’ai aimé aussi l’aspect surnaturel qui nimbe ce roman : oui, certains faits ne trouvent son explication que si l’on croit aux fantômes, ou si l’on accepte d’y croire. Pourquoi pas ? Tant que l’on nous raconte de belles histoires…..
Un roman que j’ai aimé lire, des héroïnes que j’ai très envie de retrouver à nouveau. Que demander de plus ?

PicaboRiverBookClub