La guilde des aventuriers tome 1 de Zach Loran Clark et Nick Eliopulos

édition Bayard Jeunesse – 448 pages

Présentation de l’éditeur :

Bienvenue dans la Guilde des Aventuriers.
Nul ne connaît leur nombre exact. Elle est composée d’illuminés à la cervelle ensorcelée et autres créatures corrompues par les démons, tous lourdement armés.
Voici la consigne : rester en vie jusqu’à demain matin.
Pierrefranche est l’une des dernières cités survivant à l’assaut des monstres qui ont envahi le monde. Différentes guildes y organisent la résistance. Parmi elles, celle des Aventuriers a mauvaise réputation :
Ses apprentis sont recrutés de force.
Ses membres meurent jeunes.
Zed, un demi-elfe aux pouvoirs magiques, est désigné pour rejoindre la guilde des Aventuriers. Son meilleur ami Brock décide alors de se porter volontaire pour l’accompagner. L’intrépide Liza, elle, née d’une famille de nobles, a toujours rêvé d’entrer dans la Guilde.
Zed, Brock et Liza vont peu à peu découvrir, derrière les murailles de la ville, un monde aussi dangereux que merveilleux. Or, les Aventuriers sont la dernière ligne de protection de la ville.

Merci aux éditions Bayard et à Babelio pour ce partenariat.

Mon avis :

Utiliser de bons ingrédients et suivre une recette classique permet d’obtenir un livre sans grande surprise mais agréable à lire, efficace et bien construit. C’est le cas pour ce premier tome de la guilde des aventuriers, et, ce qui m’inquiète souvent, n’est pas le devenir du premier tome, mais la réception des suivants.
Il y aura d’autres tomes certainement, qui nous plongeront dans cette civilisation en voie de disparition. Nous voici à Pierrefranche, parce que le lecteur n’a pas trop le choix, c’est une des rares villes qui a tenu le choc face à l’apparition des « Dangers » ces monstres qui ne veulent qu’une chose : détruire le monde (pas pratique) pour se l’approprier (logique). Cette société survivante est très codifiée – un repli sur soi physique, avec les murailles de la ville, et psychologique, avec ces guildes. Si l’une d’entre elles vous intègre, vous êtes sauvés. Si ce n’est pas le cas, votre existence sera compliqué. Bien sûr, il est des guildes plus prestigieuses que d’autres, la guilde des chevaliers, pour ne citer qu’elle. Etre fils de chevalier ne vous préserve pas, si vous êtes le troisième de la progéniture, vous serez condamné à devenir un guérisseur et perdrait tous vos privilèges – une manière comme une autre de réguler les naissances. Bien sûr, si vous êtes une fille, ne vous attendez pas à devenir chevalier – vous êtes une fille.

C’est pour cette raison que Liza, soeur jumelle de l’imbuvable Micah, s’est engagée dans la fameuse Guilde des aventuriers. Elle ne voulait pas être celle qu’on la contraignait à devenir – et la guilde des aventuriers n’est pas dirigée par une femme, Frond ? Une femme qui dérange, il faut bien le dire. Une femme qui ne se préoccupe pas de son apparence – ces innombrables cicatrices le prouvent assez. Une femme qui ne fait pas de politique, mais qui fait ce qu’elle a à faire : protéger la cité, protéger les siens. La guilde des aventuriers vaut bien mieux que sa réputation. Personne ne sera laissé de côté, personne ne sera abandonné sur le champ de bataille – parce que tout ce qui se trouve en dehors de Pierrefranche en est un.

Alors oui, ses manières, ses méthodes choquent certains, notamment ceux qui pensent avant tout à la politique, ou  plutôt à s’enrichir. Frond ne pense ni à l’un, ni à l’autre, et c’est aussi pour cela qu’elle devient, pour certains, la personne à abattre – comme si Pierrefranche ne courait pas déjà de grands dangers, sans la priver de sa seule défense efficace. Certes, la guilde des aventuriers pourrait continuer sans Frond, c’est cependant elle qui insuffle véritablement son énergie, son absence de diplomatie, et tant pis pour sa mauvaise réputation.

J’ai déjà parlé de Liza et de son frère jumeau, je parlerai également des trois autres recrus Zed, Brock et Jett. Si, pour Zed, le semi-elfe, son entrée dans la Guilde est une catastrophe, pour Brock c’est à la fois une obligation et une manière de rester près de son ami. Brock est peut-être le personnage que j’ai trouvé le moins sympathique, coincé qu’il est entre ses obligations et ce qu’il découvre au sein de la Guilde. Jett, lui, est le personnage qui, avec Micah, évoluera le plus – à son corps défendant.

Et si le problème n’était pas tant les dangers que la société elle-même ? Vaste sujet que le dénouement, sous forme de coup de théâtre, nous permettra sûrement d’explorer dans le tome 2.

 

4 réflexions sur “La guilde des aventuriers tome 1 de Zach Loran Clark et Nick Eliopulos

  1. Pingback: La guilde des Aventuriers | Thé, lectures et macarons

  2. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #10 [Bilan 5 ] – Muti et ses livres

  3. Pingback: Challenge jeunesse / young adult #10 [Bilan 8] – Muti et ses livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.