Nuuk de Mo Malo

Présentation de l’éditeur :

Dans les villages du Groenland, une étrange épidémie de suicides touche les jeunes gens. La misère sociale et la rudesse climatique n’expliquent pas tout. Après un long passage à vide, la hiérarchie de Qaanaaq Adriensen l’a autorisé à reprendre son poste de chef de la police de Nuuk, la capitale du pays. Mais sous deux conditions : être suivi par une thérapeute et renoncer aux expéditions sanglantes qui ont fait sa réputation. Hélas, ses démons le reprennent vite, au grand dam de son adjoint inuit, Apputiku Kalakek. Qaanaaq découvre que les différentes morts sont liées par les traces du passage d’un mystérieux chamane chez plusieurs victimes. Et partout où se rend le policier, lui sont livrées, colis après colis, les pièces d’un puzzle macabre. Paranoïaque, disent-ils ? Qaanaaq veut prouver à tous que ses failles n’ont pas atteint ce qu’il a de meilleur en lui : son instinct de chasseur.

Mon avis :

Troisième volume des enquêtes de Qaanaaq à ce jour – et j’ai attendu le premier jour des vacances pour le lire. J’aime à la fois lire les enquêtes de ce policier, tout en remarquant certains traits d’écriture qui sont autant d’épines dans ma lecture.
Alors oui, c’est un roman policier. Mais ce n’est pas ce qui m’intéresse le plus à sa lecture. ce n’est pas non plus la découverte des traditions inuits, ou de la vie au Groenland, où l’un des plus fort taux de suicide des jeunes est enregistré. Ne cherchez pas, il n’y as pas d’avenir sur cette terre de glace, les villages se meurent les uns après les autres, et les jeunes, adolescents comme adultes, n’ont que peu de lieux où ils peuvent se retrouver, voire s’amuser.
Non, le thème qui m’intéresse le plus est celui de la famille et de la transmission. Qaanaaq sait, depuis les tomes précédents, quelles sont ses origines. S’il a perdu pied – et bien avant que commence le premier tome – il n’a pas fini de découvrir des faits dont il se serait bien passé. Et pourtant… C’est un nouveau départ qui s’offre à lui, avec son union avec Massaq, et la naissance de son troisième enfant. S’il n’a plus de famille, ni adoptive, ni biologique, il en a reconstitué une avec son adjoint inuit Apputiku Kalakek dont il est très proche. Il nous montre ainsi certaines traditions – il se trouve toujours, dans une communauté, quelqu’un qui peut prendre votre enfant en charge assez rapidement, pour une soirée ou davantage. Il nous montre aussi comment certaines traditions peuvent être dévoyées. Il est des adultes qui font des choix, conscients, comme l’a fait la mère biologique de Qaanaaq, et même si c’est dur à encaisser, même si bien des questions resteront sans réponse, le policier constate bien que personne n’a forcé sa mère à accomplir ce qu’elle a accompli.
Ce n’est pas forcément le cas de toutes ces jeunes filles que l’on retrouve mortes, et dont les noms s’égrainent les uns après les autres. Tout semblait sourire à l’une, tout était sombre pour l’autre, et pendant ce temps, quelqu’un s’amuse à un jeu de pistes macabre avec Qaanaaq, le renvoyant une fois de plus, et bien malgré lui, à son passé, à celui de son père adoptif aussi, dont il n’est jamais parvenu à lire les romans, qu’il juge médiocre. Qui peut bien lui en vouloir, parce que c’est bien lui qui est visé, lui qui paiera de sa personne à nouveau, et pas qu’un peu. Il se retrouvera au coeur d’une enquête qui allie les mythes inuits et surtout les dérives d’une jeunesse en désamour, livrée à elle-même et privée du soutien d’adultes responsables et aimants. Ne parlons même pas des occurrences où les adultes peuvent être manipulateurs, et profiter du désarroi de ces jeunes. Il semble véritablement que l’on en veille à Qaanaaq, et que les moments de tranquillité seront extrêmement rares, même pendant son propre mariage.
Le roman se termine sur un nouveau coup de théâtre… et j’espère qu’il y aura un tome 4 pour, peut-être enfin, éclaircir certaines zones d’ombre liées à la famille adoptive de Qaanaaq.

6 réflexions sur “Nuuk de Mo Malo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.