L’empreinte de sang de Richard Austin Freeman

Présentation de l’éditeur :

Un roman policier de 1907… La première enquête du Dr Thorndyke ! Traduit de l’anglais. Une toute nouvelle traduction de ce célèbre auteur d’outre-manche. Ecrit par l’inventeur du « polar inversé ». Avec Conan Doyle, le père de Sherlock Holmes, Richard Austin Freeman est l’un des rares auteurs de romans policiers de son époque qui soit encore lu, aujourd’hui, en Angleterre.

Merci à Netgalley et aux éditions Flamant noir pour leur confiance.

Lvre lu avant le confinement.

Mon avis :

J’aime les romans policiers sous toutes leurs formes, et je trouve toujours intéressant d’explorer des oeuvres qui sortent des sentiers battus. En effet, dans un monde où l’immédiateté compte, où un livre se retrouve périmé au bout de six mois, j’ai aimé lire un roman qui datait de 1907 (mon grand-père avait deux ans à sa parution). L’auteur était médecin de formation, c’est à 45 ans qu’il publia la première enquête du Dr Thorndyke, expert médico-légal. Il n’est pas le narrateur de ce roman, non – et c’est là que je vois un rapprochement avec Sherlock Holmes – dans ce tome, c’est son ami, le docteur Jarvis, qui nous raconte cette histoire. Même si nous avons ici un narrateur à la première personne, il est presque un narrateur extérieur, puisque le Dr Thorndyke choisit, pour le protéger, de ne pas tout lui dire – lui même verra sa vie plusieurs fois mise en danger, ce qui prouve que le coupable n’a vraiment pas envie de le voir enquêter.
Et pourtant … Est-ce réellement le coupable qui est important, dans cette affaire de vol, qui ne comporte que deux suspects importants, les deux neveux du propriétaire des diamants ? Non. Ce qui est important est de savoir comment l’innocence de Reuben, le principal suspect sera prouvée. Attaque en règle contre les progrès de la science ? Non, pas vraiment, parce que c’est grâce à l’expérimentation scientifique, justement, que son innocence sera prouvée. Ne pas se fier aux apparences, ne pas croire que toutes les preuves, y compris les empreintes digitales soient totalement fiables – et l’engouement pour les empreintes digitales me rappellent celui pour l’ADN qui a donné une immense avancée, mais ne doit pas remplacer le travail d’un enquêteur.
Je terminerai par une mention spéciale pour Mrs Hornby, tante du suspect, femme absolument ébouriffante. Sa déposition au tribunal – oui, ce roman policier prend place jusqu’au procès – est un très grand moment.

4 réflexions sur “L’empreinte de sang de Richard Austin Freeman

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.