Les lumières de l’aube de Jax Miller

Présentation de l’éditeur :

30 décembre 1999, Welsh, Oklahoma. Lauria Bible et sa meilleure amie Ashley Freeman, 16 ans, passent la soirée ensemble chez les Freeman. Le lendemain matin, le mobil home familial est en feu et les deux jeunes filles ont disparu. Les corps des parents d’Ashley, sont découverts dans les décombres, deux balles dans la tête.

L’affaire est restée non résolue et les jeunes filles n’ont jamais été retrouvées.
Que s’est-il réellement passé cette nuit-là ? Entre règlement de compte sur fond de trafic de drogue, vengeance, corruption et négligence policière, Jax Miller nous plonge dans les villes oubliées de l’Amérique profonde, loin des lois, là où les plus sombres secrets peuvent s’épanouir.

Merci aux éditions Plon et à Netgalley pour ce partenariat.

Mon avis :

Dur.
Rude.
Et insupportable.
parce que ce n’est pas un roman, c’est une histoire vraie sur laquelle Jax Miller a enquêté, une histoire qu’elle n’a pas résolue, qu’elle n’a pas eu la prétention de résoudre non plus. Non : elle a ajouté sa pierre à l’édifice, au milieu de ses personnes qui, depuis vingt ans, aimeraient connaître la vérité. S’il est une personne dont il faut absolument parler en premier, c’est Lorène Bible. Elle est la mère de Lauria, une des deux disparues. Elle n’a pas d’espoir, elle n’en a jamais eu, et c’est ce qui la fait tenir : ne pas espérer, car l’espoir est dévastateur. Depuis vingt ans, elle ne veut qu’une chose : ramener sa fille et Ashley à la maison. Ou, si vous voulez que je sois plus claire, elle veut pouvoir donner une sépulture à sa fille, à Ashley, elle sait très bien que les deux jeunes filles ne sont pas vivantes. Quant à savoir ce qui s’est véritablement déroulé, c’est une autre histoire.
L’histoire a commencé à l’aube, en 1999. Elle a plutôt commencé un an plus tôt quand Shane, le fils de la famille, a été abattu par un policier. Kathy, et surtout Danny, ses parents, veulent savoir dans quelles circonstances leur fils est mort – et il en sera question dans ce livre fort et tortueux. Ce matin-là, c’est leur mobil-home qui brûle. Tout, déjà, prend du temps. L’arrivée des enquêteurs, de bureaux différents, prend du temps. Le relevé des indices, si tant est qu’il est vraiment été fait correctement, prend du temps. Le corps de Kathy est tout d’abord trouvé, Danny est recherché, et c’est là que la toute première négligence apparaît, puisque Danny était déjà mort, lui aussi. Ce ne sont que les premières erreurs.
Dans cette ville perdue, abandonnée de l’Oklahoma, la drogue et la violence sont omniprésentes. La corruption policière aussi. Il ne reste quasiment rien des investigations qui auraient dû être menées – et si je dis « auraient dû », c’est parce que je ne suis même pas certaine qu’elles aient vraiment eu lieu. Jax Miller part à la recherche des témoins de l’époque, témoins qui se sont signalés, qui ont donné des pistes, et qui pourtant n’ont pas été réellement interrogés. Certains ne voudront pas être cités – par peur, par crainte de la vengeance, dans cette communauté où le nom de certains hommes fait encore peur, où il a fallu des années pour que certains osent parler. Alors oui, on peut se dire parfois que le rythme est lent, que l’on tourne en rond – mais parce que l’enquête tourne aussi en rond, parce que des pistes ont été ouvertes, puis ont été refermées parce qu’elles ne menaient à rien.
Alors oui, c’est encore possible de nos jours, que la somme des négligences, des corruptions, des peurs aussi empêche de savoir ce que deux jeunes filles sont devenues, empêchent de savoir pourquoi les parents de l’une ont été assassinées, que rien ne coule de source, que la plupart des témoins ont été fracassés par la vie, par l’abus de drogue, que d’autres crimes ont été commis, à cause de la drogue, à cause de dettes, à cause de guerre de terrotoire.
Ce n’est pas l’apaisement que nous avons là, quand nous refermons le livre, c’est un mince espoir que la jeune génération d’enquêteurs, qui ne veut pas incriminer ses aînés, fera enfin progresser les choses.

4 réflexions sur “Les lumières de l’aube de Jax Miller

  1. J’aime bien les livres relatant d’histoires vraies, de faits-divers… j’avais jamais entendu parler de cette histoire auparavant, je prends note de ce titre et te remercie pour al découverte.
    Bon dimanche, bises

    • Je n’en avais jamais entendu parlé non plus et, visiblement, sans l’archarnement de la mère d’une des disparues, l’affaire aurait été enterrée depuis longtemps (voir le nombre de rapports qui ont été égarés).
      Merci ! Bon mercredi.
      Bises.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.